Tom Ecochard (Perpignan) : « Le maintien est capital pour valider tout le travail et le projet du club »

  • Le demi de mêlée Tom Ecochard, face à Bordeaux-Bègles.
    Le demi de mêlée Tom Ecochard, face à Bordeaux-Bègles. Icon Sport
Publié le

L’organisateur du jeu catalan, Tom Ecochard, évoque ce rendez-vous si particulier face à Mont-de-Marsan, que l’Usap a préparé dans les têtes depuis des mois.

Comment appréhendez-vous ce rendez-vous qui a été comme un fil rouge de votre saison ?

Toute la saison, nous en avons parlé pour ne pas le vivre comme un échec si ça arrivait. On verra dimanche si c’était la bonne façon de l’aborder. Après la victoire contre l’UBB, on a essayé de pas être trop déçus, sachant le résultat de Brive. On se l’était dit avant la rencontre : il fallait profiter de ce dernier match à la maison, de ce moment extraordinaire à vivre, en sachant que l’on n’avait pas notre destin en main. Une fois que c’était acté, il fallait être pleinement mobilisés sur l’échéance à venir. Car ça va être très dur. Mont-de-Marsan a tout gagné à la maison cette saison et a accumulé beaucoup de confiance.

Sur la lancée de votre deuxième partie de saison, peut-on dire que l’Usap aborde ce défi dans les meilleures dispositions ?

La seconde partie de championnat nous a montré que l’on avait le niveau, que l’on n’avait pas à rougir par rapport aux grosses écuries. De rivaliser avec des mastodontes, ça nous a rassurés mais ce barrage reste un match à part. La confiance, c’est bien, mais il ne faut pas trop en avoir. Il faut surtout de la sérénité. En ne pas oublier que ce sera à Mont-de-Marsan. Et qu’ils ont réalisé une saison extraordinaire. Tout est remis à zéro.

En face de vous, il y aura Léo Coly, le meilleur joueur du Pro D2. Qu’en pensez-vous ?

C’est un super joueur, il n’y a rien à dire. C’est un très bon buteur et le baromètre du collectif. Il a une bonne patte gauche, il anime bien, il a du talent. Il a tenu son équipe tout au long de la saison, à l’image de ce que Melvyn avait fait pour nous l’an passé.

Votre groupe a l’expérience de ces matchs couperet, avec deux finales de Pro D2 gagnées sur les trois éditions et de « fausses finales » du maintien remportées contre Biarritz cette saison…

Des matchs couperet, on en a eus beaucoup. Certains se sont bien passés, d’autres moins. Il y a de nombreux joueurs d’expérience de notre côté. Ça peut aider à gérer les moments difficiles mais ce n’est pas une garantie. Ça ne suffit pas, en tout cas, pour faire un énorme match de rugby. Ce genre de rencontre se joue dans la tête mais pas seulement. Il faudra que l’on reste nous-mêmes, que l’on n’ait pas le frein à main, que l’on réponde présent en conquête, que l’on soit solides en défense, bons dans le jeu au pied. Il faudra réaliser une prestation pleine, c’est aussi simple que ça.

Que vous inspire le fait qu’aucune équipe de Top 14 n’ait encore remporté cette rencontre ?

Ça prouve la difficulté de la mission. Je me rappelle avoir regardé ces access matchs. À chaque fois, la plupart des gens disaient que l’équipe de Top 14 était favorite et, à chaque fois, c’est celle de Pro D2 qui avait gagné. Ce n’est pas anodin. L’équipe de Pro D2 est toujours animée par un sentiment de revanche et elle veut prouver sa valeur devant son public. Personne l’a jamais fait et on a envie de marquer le truc, de dire que l’Usap est arrivée à gagner cet « access ».

Une relégation serait un dénouement rude après une belle saison à neuf victoires…

Le mot belle est fort, à mon sens. Disons qu’elle est cohérente. Pour qu’elle soit bonne, il faut maintenant qu’il y ait le maintien. C’est capital pour valider tout le travail d’un an, de deux ans, et pour valider le projet du club. Quoi qu’il arrive, la vie ne s’arrêtera pas mais c’est important pour le club. Et ça nous tient tous à cœur. Je sais de quoi je parle. Je suis arrivé à 16 ans et qui ai joué mon premier match en pro il y a dix ans désormais.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?