XV de France : Charles Ollivon, un retour qui pose des questions

  • Bien revenu avec son RCT sur la fin de saison, Charles Ollivon sera désigné capitaine des Barbarians britanniques par le sélectionneur de cette équipe historique, Fabien Galthié.
    Bien revenu avec son RCT sur la fin de saison, Charles Ollivon sera désigné capitaine des Barbarians britanniques par le sélectionneur de cette équipe historique, Fabien Galthié. MB Media / Icon Sport
Publié le

C’est au Japon que Charles Ollivon effectuera son grand retour avec le XV de France. Mais y portera-t-il pour autant les galons ? Galthié l’ayant d’ores et déjà désigné dans ce rôle avec les Barbarians britanniques le 19 juin, on peut aisément l’imaginer. Mais tout n’est peut-être pas si simple…

Si Charles Ollivon avait été nommé capitaine du XV de France au début de l’ère Galthié, il ne s’agissait en aucun cas d’un hasard. Propulsé « adjoint comme les autres » aux côtés de Jacques Brunel pour préparer la Coupe du monde au Japon, le futur sélectionneur avait été marqué par l’abnégation et la résilience du Toulonnais, tout juste revenu de sa très grave blessure à l’épaule, capable de passer en quelques semaines de préparation du statut de réserviste à celui de titulaire.

Une trajectoire qui épousait parfaitement celle dont Galthié rêvait symboliquement pour son XV de France, le charisme et le leadership naturel d’Ollivon faisant de lui le capitaine idéal pour entamer le mandat du nouveau sélectionneur. Les performances stratosphériques du Basque sur le terrain (au point de terminer meilleur marqueur d’essais du Tournoi 2020) achevant de convaincre tout le monde de sa légitimité dans ce rôle si important…

Juin 2021, le grand tournant

Le hic ? Il est survenu au mois de juin 2021 à Castres, un jour où le RCT jouait (déjà…) sa qualification pour les phases finales lors de la dernière journée du championnat. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche, Ollivon allait manquer plusieurs étapes marquantes de l’histoire du groupe France. D’abord cette tournée en Australie, durant laquelle son suppléant (comme troisième ligne et comme capitaine) Anthony Jelonch s’avéra admirable.

Ensuite, cet enchaînement de huit victoires entre les tests de novembre et le grand chelem dans le Tournoi des 6 Nations. De quoi, forcément, se poser la question du retour d’Ollivon comme joueur, d’abord, puisque le trio Jelonch-Alldritt-Cros s’est révélé impérial et parfaitement complété par Cretin. Mais aussi comme capitaine, Antoine Dupont ayant parfaitement répondu aux attentes, justifiant au travers de cette responsabilité, de par son influence auprès des arbitres, son statut de meilleur joueur du monde…

Seulement, en sport et en rugby en particulier, la roue du destin n’en finit jamais de tourner. C’est ainsi qu’après une saison internationale passée loin des terrains, Ollivon souhaite forcément surfer à la fois sur son retour convaincant avec le RCT (lequel a coïncidé avec la bonne dynamique de fin de saison des Varois) ainsi que sur l’absence des cadres « premiums » et des finalistes pour effectuer son retour par la grande porte.

« Après le Tournoi, nous avons beaucoup échangé avec les clubs pour voir comment organiser notre calendrier, et comment protéger certains joueurs « premiums » qui en auraient manifesté le besoin, nous expliquait vendredi Fabien Galthié. Nombre d’entre eux ont beaucoup joué et vont avoir besoin de repos, je pense notamment à l’ossature des joueurs qui a activement participé au grand chelem et à notre série de 8 victoires. »

Galthié : « Le capitanat pour la tournée au Japon sera une de nos discussions »

Voilà pourquoi, conscients de repartir de zéro ou presque, le staff tricolore a obtenu de se servir des Barbarians britanniques face à l’Angleterre à Twickenham comme d’un match de préparation pour la tournée au Japon, sachant que celui-ci impliquera une vingtaine de joueurs français. Un match pour lequel le sélectionneur des Bleus a d’ores et déjà désigné, dans nos colonnes, Charles Ollivon comme capitaine aux côtés de soldats comme Penaud, Cretin ou Gros pour le match du 19 juin.

Cela « avant de rentrer à Paris pour trois jours de travail, puis de décoller pour le Japon mercredi soir. » Une continuité qui, forcément, interpelle. Capitaine d’une vingtaine de joueurs français (soit la moitié du groupe) pendant leur semaine avec les Baa-Baas, Ollivon peut-il vraiment être destitué de ses galons lorsqu’il retrouvera l’intégralité du groupe des 42, composé en bonne partie de néophytes ? Cela paraît improbable…

Reste qu’à en écouter Galthié, la question ne serait pas encore tranchée. « Ce sera une de nos discussions, avançait le sélectionneur. Le capitanat, ce n’est pas quelque chose qui se décide individuellement. Il y avait un groupe de cinq leaders autour d’Antoine pendant le Tournoi, alors on va se donner le temps de se rassembler à 42 avec les Bleus pour désigner notre capitaine pour la tournée. »

Le « risque » managérial étant évidemment qu’en cas de succès lors de cette tournée au Japon, il s’avère difficile de retirer à nouveau les galons à Ollivon pour les redonner à Dupont, au détriment des statuts de titulaire de joueurs irréprochables et volontairement laissés au repos. Mais aussi de l’équilibre d’un groupe qui a (très) bien réussi à fonctionner en son absence…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?