Clermont : En voiture, Simone !

  • Clermont : En voiture, Simone !
    Clermont : En voiture, Simone ! Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le centre australien Irae Simone est la recrue phare de l’intersaison clermontoise. Mêlant vitesse et agilité, l’ancien joueur des Brumbies doit être une arme létale pour l’ASM.

Ce n’est pas une bombe, mais un obus. Long de son mètre 93, Irae Simone a ébloui la saison de Super Rugby avec les Brumbies. Indispensable à la franchise de Canberra, le centre n’a manqué qu’une seule rencontre et n’a jamais connu le banc de touche en seize rencontres. Décisif en phase finale avec deux essais malgré l’élimination des Brumbies en demie, le Wallaby laisse son équipe orpheline de ses appuis de feu. Pour Clermont, c’est au contraire une opportunité inouïe. Avec le départ de Tani Vili et la probable fin de carrière de Wesley Fofana, l’ASM cherchait sa perle rare au milieu de l’Océanie. Son profil longiligne et rapide s’allie parfaitement à George Moala ou Apisai Naqalevu, bulldozers de Clermont depuis quatre saisons.

Premier centre depuis le début de sa carrière à XV, Irae Simone devrait remplir un poste qui a connu beaucoup de roulements la saison dernière. Jean-Pascal Barraque, Tani Vili et Damian Penaud se sont notamment échangé le numéro 12 jaune et bleu. Jono Gibbes et son staff pourront surtout compter sur un joueur fait d’un bois rare, au niveau mental.

Les moments noirs du XIII

Après un début de carrière à XIII, l’Australien alternait entre les postes d’arrière, centre et ailier. Il participa même à des tournois de rugby à IX en Nouvelle-Zélande pour parfaire sa technique et son explosivité. Mais ces changements de poste permanents ont affecté le jeune Simone. En baisse de régime notoire, le futur Wallaby souffrit d’une dépression et se retira définitivement du XIII. «Mon père me disait de rentrer chez moi en Nouvelle-Zélande après avoir quitté South Sydney. Je lui ai dit : «Donne-moi un an de plus.» C’est à ce moment-là que je suis passé au rugby à XV. Mon père a dit : «Ok, tu y vas, mais si ça ne marche pas, reviens à la maison», raconte Irae Simone en 2017. Son père, troisième ligne, avait toujours rêvé d’être professionnel sans jamais pouvoir atteindre son but. Un an seulement après ses débuts à XV, il rejoint les Waratahs en 2017. «Mon père a pleuré. Il n’avait pas les mots, il ne pouvait juste pas parler. Il n’a pas pu aller jusqu’en Super Rugby, et le fait de suivre ses pas est un sentiment incroyable», déclarait le jeune centre à l’époque. Dans ces années-là, Kurtley Beale monopolisait le centre du terrain et ne laissait que des miettes à Irae Simone, contraint de partir en 2018.

Arrivé au Brumbies, son talent explosa aux yeux du Pacifique et lui permis de gagner sa première cap avec l’Australie, en septembre 2020. À 26 ans, Irae Simone découvrira la France et un club taillé pour sa carrure. En étant programmé pour exploser en Auvergne, l’obus Simone est attendu de pied ferme place de Jaude.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?