Fédérale 3 - Changement de cycle à Tournus

  • Éric Soufflot a décidé de passer le relais. Mais le manager historique de l’AST va rester au club pour s’occuper du recrutement. Éric Soufflot a décidé de passer le relais. Mais le manager historique de l’AST va rester au club pour s’occuper du recrutement.
    Éric Soufflot a décidé de passer le relais. Mais le manager historique de l’AST va rester au club pour s’occuper du recrutement.
Publié le

Fédérale 3 Après vingt ans sur le banc, le manager éric Soufflot a cédé sa place à l’ancien international fidjien, Sunia Koto Vuli, qui arrive en provenance de Mâcon pour apporter sa connaissance du haut-niveau.

Les Tournusiens reprennent l’entraînement aujourd’hui. Pour la première fois depuis vingt ans, Eric Soufflot ne sera pas aux commandes. Après deux décennies de bons et loyaux services sur le banc du club de Saône-et-Loire, et une précédemment comme joueur, le manager a cédé sa place à Sunia Koto Vuli, qui arrive en provenance de Mâcon. Malgré plusieurs sollicitations extérieures, l’ancien coach a choisi de rester au club et participe activement au recrutement. De son côté, l’ancien talonneur international fidjien (58 sélections), passé par les London Welsh et Narbonne notamment, débarque accompagné par le préparateur physique, Renaud Josserand. Les deux hommes vont tenter d’apporter leur rigueur et leur expérience du haut niveau à un club encore en Honneur il y a peu. «Sunia vient du rugby professionnel et va apporter son style de jeu», juge l’ancien deuxième ligne, Quentin Guillet, qui troque les crampons et le short pour le survêtement et la préparation des avants. «Cela ne peut amener que des choses positives.»

De belles révélations

Septième de la poule 4 de Fédérale 3, après une première saison tronquée, Tournus - recalé à plusieurs reprises les saisons précédentes en Honneur pour la montée en Fédérale 3 en raison de point de malus administratif - espère monter en puissance, après une saison marquée par les blessures longue durée de plusieurs joueurs cadres. «Cette année, nous savions qu’il n’y avait pas de descente et l’objectif était de se faire plaisir et de faire plaisir aux spectateurs après un long arrêt», explique Laurent Cordier, l’un des deux coprésidents, avec Laurent Barraco. «Cela a permis notamment de faire monter des jeunes dans l’équipe et nous avons eu de belles révélations.

La saison prochaine, avec un objectif qui était de se qualifier en poule haute avant l’abandon de la réforme, le club espère jouer la qualification jusqu’au bout. C’est encore le meilleur moyen d’y parvenir et pourquoi pas de prendre acte pour une éventuelle montée en Fédérale 2 à moyen terme.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?