Des Toulousains renversants

  • Latrell Schaumkel marque un essai de la relance pour le Toulouse Olympique. C’est bien simple : en deuxième période, les Olympiens ont marqué six fois pour inscrire un 34-6.
    Latrell Schaumkel marque un essai de la relance pour le Toulouse Olympique. C’est bien simple : en deuxième période, les Olympiens ont marqué six fois pour inscrire un 34-6. Photo Icon Sport - SUSA / Icon Sport
Publié le

Mené 4-20 à la pause, Toulouse a réalisé une incroyable seconde période. Les Toulousains se sont imposés 38-26 et se relancent dans la course au maintien. Ils n’ont plus que deux points de retard sur Wakefield.

Le Toulouse olympique ferme encore la marche au classement. En revanche, il est plus que jamais candidat dans la course au maintien d’autant que samedi après-midi dans l’antre du Saint-James Park de Newcastle, les Toulousains ont réduit encore un peu plus l’écart avec Wakefield, leur adversaire du jour et surtout leur plus sérieux concurrent direct au classement.

À la faveur de cette quatrième victoire et d’une incroyable seconde période ponctuée par un score de 34-6, l’équipe de Sylvain Houles est désormais à deux longueurs de retard du Trinity. À neuf journées du terme de la phase de classement, les Toulousains ont encore de bonnes raisons d’espérer. Et pourtant à la pause, dans ce duel du bas de tableau, les Olympiens étaient en souffrance, au bord de la rupture voire à jeter aux orties tant ils étaient absents du débat. En première période, Wakefield dans le sillage de son maître à jouer Jacob Miller avait dicté sa loi face à des Toulousains mis sous pression et totalement indisciplinés.

Avant le changement de côté, l’équipe de Willie Poching avait une flatteuse avance (20-4) et avait ainsi pris une sérieuse option sur le succès. « En première période, nous n’étions pas au niveau d’une équipe de Super League, nous étions dans l’attente d’une réaction du groupe », déclarait Sylvain Houles.
 

Le carton jaune de Fifita crucial pour Wakefield

Toulouse tel Janus en seconde période, Toulouse a proposé un tout autre visage. La machine qui était grippée en première mi-temps a soudain retrouvé de la dynamique, de la confiance et de la fantaisie dans son jeu face à une formation du Trinity qui a entamé ce second acte à douze privée d’un de ses leaders de jeu, le pilier tongien David Fifita (carton jaune). En supériorité numérique, les Toulousains ont retrouvé ce jeu de mouvement, d’alternance qui faisait leur force en Championship. Avant l’heure de jeu, les Olympiens ont trouvé le chemin de l’en-but de Wakefield à cinq reprises. Le peu flatteur 4-20 à la pause, est passé sans transition à 32-20.

« Nous payons très cher notre indiscipline, pestait en conférence de presse, le coach du Trinity Willie Poching. Tout d’abord, le carton jaune infligé à David Fifita et celui à Rob Buttler après la cinquantième minute de jeu nous ont mis dans une situation difficile. Nous avons par la suite totalement déjoué. Au regard de la seconde mi-temps, Toulouse mérite la victoire. Maintenant, nous avons la pression. Une victoire cet après-midi nous aurait mis à l’abri. »
À une minute du terme, Wakefield a entretenu l’espoir et la perspective de la prolongation et du « Point en Or » par une prouesse de Kelepi Tanginoa adoucissant la sévérité du tableau d’affichage (32-26). À la sirène, une interception du centre Guy Armitage a donné un peu plus de panache à la victoire toulousaine (38-26). Désormais, Toulouse songe à la réception de Leeds samedi. Après les succès face à Hull KR et Wakefield, la passe de trois est attendue à Ernest-Wallon. Pour son deux-centième match en tant qu’entraîneur Sylvain Houles n’avait certainement pas imaginé un tel scénario !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?