Racing 92 : Lancaster suivi de près

  • Lancaster pourrait succéder, en 2023,  à Laurent Travers à la tête du Racing 92.
    Lancaster pourrait succéder, en 2023, à Laurent Travers à la tête du Racing 92. Icon Sport
Publié le

C’est le gros dossier du moment : qui succédera à Laurent Travers à la tête du Racing 92, à la fin de la saison ? Voici quelques pistes de réflexion…

Au crépuscule de la saison 2022-2023, Laurent Travers, aux commandes du projet sportif du Racing depuis neuf ans, prendra du recul sur le terrain et deviendra vraisemblablement président du directoire du club des Hauts-de-Seine, Jacky Lorenzetti prenant de son côté la fonction de "président du conseil de surveillance". Mais alors ? Qui succédera au dit "Toto", champion de France en 2016 et trois fois finaliste de la Champions Cup, aux commandes de l’entité du 92 ? Ici, plusieurs pistes circulent depuis quelques semaines.

Début juillet, nos confrères de RMC Sports évoquaient d’ailleurs celle menant à l’Anglais Stuart Lancaster. Âgé de 52 ans, l’homme de Leeds fut quatre ans durant (de 2011 à 2015) le sélectionneur du XV de la Rose mais, s’il connut de très bons résultats avant le Mondial anglais, fut licencié de son poste au terme d’une Coupe du monde où ses "boys" ne purent sortir des poules. Lancaster ? Considéré comme l’un des techniciens les plus pointus du vieux continent, par ailleurs auteur d’un excellent travail à la tête du Leinster depuis 2016 (il a remporté la Champions Cup en 2018 avec la province irlandaise), il est évidemment une option sérieuse pour succéder à Laurent Travers en 2023. De ce que l’on sait, l’Anglais a rencontré les dirigeants du Racing fin juin, l’entrevue s’est très bien déroulée et le projet ciel et blanc lui plaît. "Il fait indéniablement partie de nos deux ou trois pistes privilégiées", nous confiait d’ailleurs un dirigeant du Racing à ce sujet, vendredi matin. Mais à l’heure où nous imprimons ces lignes, aucune offre n’a été émise de la part du club des Hauts-de-Seine…

Les pistes Eddie Jones et Gregor Townsend abandonnées

Le problème de Lancaster ? C’est qu’il est aujourd’hui diablement courtisé. Déjà, les patrons de la fédération anglaise (RFU) pensent à lui pour succéder à Eddie Jones et dès 2023, ledit Stuart pourrait donc former avec le coach des Leicester Tigers Steve Borthwick une doublette fort compétente. Mais souhaitera-t-il vraiment se réengager avec une fédération l’ayant viré il y a quelques années et dont il ne garde pas un très bon souvenir ? Ensuite, le Leinster serait largement favorable au fait de prolonger le contrat de l’Anglais de plusieurs saisons supplémentaires…

Enfin, les réflexions menant à Gregor Townsend, sélectionneur de l’Écosse et ancien coéquipier de Laurent Travers au CA Brive, ou à Eddie Jones, ont selon nos informations toutes été abandonnées. Au sujet d’Eddie Jones, les dirigeants franciliens n’auraient pas apprécié que l’entourage du coach anglais fassent fuiter dans la presse, au printemps dernier, que l’Australien était la cible privilégiée du Racing 92 alors qu’il n’en avait alors jamais été question, du côté des Hauts-de-Seine. Alors ? Qui sera le manager du Racing en 2023 ? Et qui chapeautera un staff qui sera alors composé de Didier Casadéi, Rory Teague, Philippe Doussy, Dimitri Szarzewski et Thibaut Giroud, le préparateur physique du XV de France étant attendu à cette date ? Impossible à dire pour le moment. Mais ce feuilleton, qui aboutira sans le moindre doute à la nomination d’un coach étranger, risque de nous tenir en haleine pendant encore plusieurs mois…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?