Tour de France : de Dupont à Galthié, au cœur de l’étape « rugby »

  • Tour de France : de Dupont à Galthié, au cœur de l’étape « rugby »
    Tour de France : de Dupont à Galthié, au cœur de l’étape « rugby » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La dix-neuvième étape du Tour de France s’élancera ce vendredi de Castelnau-Magnoac, fief d’Antoine Dupont, pour rejoindre Cahors, terre de Fabien Galthié. Simple coïncidence ou vœu de l’organisation ? Réponse avec Christian Prudhomme, directeur du Tour de France.

Les amateurs de cyclisme ont peut-être été surpris, mi-octobre, lorsque Christian Prudhomme et toutes les équipes d’Amaury Sport Organisation dévoilèrent le parcours du 109e Tour de France. Si le grand départ du Danemark était déjà connu, voir le petit village de Castelnau-Magnoac au milieu des villes-étapes pouvait paraître plus surprenant. Et pourtant… Les amoureux de ballon ovale, quant à eux, connaissent bien cette bourgade de quelque 800 âmes située au nord des Hautes-Pyrénées, aux confins du Gers. Car oui, c’est bien là qu’a grandi Antoine Dupont, demi de mêlée du XV de France et du Stade toulousain…

Les cyclistes du Tour vont traverser plusieurs territoires ancrés dans le rugby.
Les cyclistes du Tour vont traverser plusieurs territoires ancrés dans le rugby. Belga / Icon Sport - Belga / Icon Sport

Aujourd’hui, le meilleur joueur du monde fait la fierté des Magnoacais. « Quand on a un pur talent à l’humilité merveilleuse comme Antoine Dupont, on est fiers, sourit Christian Prudhomme. Mais plus globalement, je pense aussi à Anthony Jelonch et ses parents, agriculteurs également. Et à tous ces gars, hyper courageux, plein d’abnégation. L’hommage n’est pas simplement aux joueurs merveilleux du XV de France d’aujourd’hui. Il est aussi à tout leur entourage, à leurs parents, leur famille, leurs amis. Tout le monde sera fier dans le village et aux alentours, dans le département mais aussi dans le Gers où Antoine et ses copains ont beaucoup sévi, j’en suis certain. Mais eux ignorent ça. Quand Antoine Dupont m’écrit "merci", ça me touche énormément. C’est moi comme des centaines de milliers de personnes qui lui disons, à lui et au XV de France, "merci" ! C’est ce que j’ai entendu dans la bouche de Bernard Hinault, Bernard Thévénet ou Eddy Merckx, par exemple. En fait, les champions ne se rendent pas compte du bien qu’ils peuvent faire. »

« Aller boire un coup au café Dupont »

C’est donc tout naturellement que le directeur du Tour de France a décidé de coucher le nom de Castelnau-Magnoac comme ville-étape de la grande boucle. « Le choix de Castelnau-Magnoac est tout sauf un hasard. C’est lié à Antoine Dupont, évidemment. Nous cherchions une étape pour remonter vers Paris après notre passage dans les Pyrénées. Le département des Hautes-Pyrénées est le seul département de France où nous faisons systématiquement étape pour aller taquiner les cols mythiques que peuvent être le Tourmalet, l’Aspin, ou Peyresourde. Et puis, il se trouve que tout au bout des Hautes-Pyrénées se trouve le petit village de Castelnau-Magnoac. Il y a eu une sorte d’évidence quand nous en avons discuté avec Michel Pélieu, le président du Conseil départemental du 65. Il y avait une vraie envie d’aller boire un coup au café Dupont… »

Le Tour de France s’élancera de Castelnau-Magnoac, sur les terres d’Antoine Dupont, pour rejoindre celles de Fabien Galthié à Cahors. Cette étape est conçue comme un lien avec le rugby. D’ailleurs Pierre Berbizier était présent lors de la signature publique.
Le Tour de France s’élancera de Castelnau-Magnoac, sur les terres d’Antoine Dupont, pour rejoindre celles de Fabien Galthié à Cahors. Cette étape est conçue comme un lien avec le rugby. D’ailleurs Pierre Berbizier était présent lors de la signature publique. DDM - DDM

Et ce, peu importe la taille de la commune. Au contraire. « Le Tour de France, c’est exactement ça ! Le Tour de France, ce sont de très grandes villes françaises et étrangères, comme Paris, la ville d’arrivée finale, ou Copenhague, ville du grand départ. Mais ce sont aussi des villes moyennes et des petits villages. S’il y a Copenhague et Paris, il faut qu’il y ait Castelnau-Magnoac et Lacapelle-Marival, dans le Lot (départ du contre-la-montre vers Rocamadour qui aura lieu ce samedi, veille de l’arrivée finale, N.D.L.R.). Pour moi, Castelnau-Magnoac et Lacapelle-Marival sont aussi importants que Copenhague et Paris. Et ce n’est pas simplement une formule. Le Tour de France est une épreuve qui fédère, qui rassemble. »

Cahors, l’autre symbole

À un peu plus d’an de la Coupe du monde de rugby qui aura lieu sur nos terres, le symbole est fort de voir l’un des plus grands événements du monde sportif, diffusé à travers le monde dans pas moins de 190 pays, passer sur les terres de ceux qui porteront tous les espoirs du rugby français en 2023. Car Antoine Dupont ne sera pas le seul nom associé à cette étape. Et pour cause, l’arrivée sera située à Cahors, non loin de chez Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France. « Nous voulions associer une étape dans le Lot l’année où nous partirions du Danemark, explique Christian Prudhomme, pour que les Français se souviennent ou apprennent que le père du prince héritier du Danemark (Frederik de Danemark), Henri de Laborde de Monpezat devenu Henrik de Danemark, était Français et que le château de Cayx, propriété de Margrethe II reine du Danemark, est situé dans le département du Lot. Cahors était candidate. Et Cahors, c’est la ville de Fabien Galthié… »

Le Tour de France, de Dupont à Galthié
Le Tour de France, de Dupont à Galthié NR - ANDY BARREJOT

Et comme si cela ne suffisait pas, l’étape passera également par Auch, terre natale de Jacques Fouroux, autre illustre demi de mêlée et capitaine du XV de France. « C’est n’est pas tout à fait un hasard non plus, sourit l’ancien journaliste. Et puis, Pierre Berbizier n’est pas très loin non plus. Donc nous sommes non seulement sur l’étape du rugby, mais carrément sur l’étape des demis de mêlée, des numéros 9 et capitaines du XV de France, vainqueurs du grand chelem. L’étape est vraiment conçue comme un lien avec le rugby. »

La double lecture des étapes du Tour de France

Comme souvent, Christian Prudhomme, Thierry Gouvenou (directeur technique du Tour de France) et toutes les équipes d’ASO tentent de trouver des étapes avec une double lecture, quand cela est possible. « Il est arrivé que ce soit historique. Je pense notamment à celle que nous avons faite en 2015 d’Arras à Amiens, où nous étions sur la ligne de front de la Première guerre mondiale. La question sportive était de savoir si Arnaud Démare, le Picard, allait gagner chez lui. En revanche, pour les Australiens et les Néo-Zélandais, c’était leur étape car nous passions devant un grand nombre de cimetières de la Première guerre mondiale. C’était donc l’étape de la mémoire pour les Australiens et les Néo-Zélandais, ces hommes de 20 ans qui, il y a cent ans, avaient fait 20 000 kilomètres pour venir se battre en France. Les Anglo-Saxons sont souvent moins conservateurs que nous, mais ont souvent beaucoup plus de mémoire. »

Certains Latins ont également beaucoup de mémoire, à l’image d’Antoine Dupont, véritable passionné de rugby et de sport en général. On peut imaginer la fierté du demi de mêlée du XV de France de voir l’un des plus grands événements sportifs partir de son fief. Un village, déjà effervescent depuis plusieurs semaines, où les affiches associant la coqueluche locale et la grande boucle cycliste fleurissent, et qui attend avec impatience ce vendredi 22 juillet 2022. Un jour qui restera gravé dans les mémoires de ce village des Hautes-Pyrénées.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain LAFON
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?