Portrait - Julien Dechavanne, le feu, un vrai sport de combat

  • Ailier à l'U.S Dax, Julien Dechavanne est également pompier professionnel.
    Ailier à l'U.S Dax, Julien Dechavanne est également pompier professionnel. Photo I.L
Publié le

Julien Dechavanne, ailier et pompier professionnel dans les Landes, traverse un été éprouvant de reprises...d'incendies et de sport. 

Fils et petit-fils de pompiers professionnels, Julien Dechavanne partage sa vie entre deux engagements forts. Pompier professionnel depuis dix ans, il repart également, à 32 ans, pour une dixième (et dernière ?) saison à l’aile de l’US Dax. Comme tous les joueurs, il passe un été entre repos sportif et programme de reprise athlétique. Sauf qu’à la différence de ses coéquipiers, l’été de Julien est rempli par d’autres sollicitations, d’autres reprises… Les Landes et la Gironde sont le théâtre de feux de forêt exceptionnels. Comme ses camarades soldats du feu, Julien est en alerte. « On gère en permanence l’aléa, mais l’envergure de ces incendies met toute la région en alerte permanente. » Pour autant, Julien arrive à jongler entre des gardes de vingt-quatre heures et un planning sportif de haut niveau. Dans une époque où l’engagement et la valeur travail prennent du plomb dans l’aile, Julien force le respect. Malgré la situation tendue sur le front des incendies, il a pu participer au stage de reprise, chez lui en Dordogne. Mais à peine rentré du stage le 28 juillet, il a enchaîné le 29 sur une garde entièrement passée à combattre un feu à Cazeaux (33). L’entretien qu’il a accordé au Midi Olympique a dû attendre son retour d’un autre combat, celui du feu de Mano (40), le 2 août.

À peine évoquée la reprise sportive avec le nouveau staff de l’USD et les comparaisons hasardeuses entre combat collectif contre les flammes et confrontations collectives rugbystiques, que Julien est appelé de nouveau sur un feu d’engin agricole dans le village de Laluque (40). Il devra encore une fois respecter le travail en équipe, appliquer la stratégie, faire confiance à sa technique et à son entraînement et surtout… faire preuve de courage et de sang-froid. Le rugby n’est pas si loin, finalement !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Laurent Travini
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?