In Extenso SuperSevens - la Section a tout pris d’assaut

  • Les Palois de Rayne Barka ont remporté cette étape perpignanaise grâce à la stratégie de développement du club, qui fait du 7 une vraie branche complémentaire du XV. Photo Icon Sport
    Les Palois de Rayne Barka ont remporté cette étape perpignanaise grâce à la stratégie de développement du club, qui fait du 7 une vraie branche complémentaire du XV. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrivée à Perpignan avec plusieurs joueurs professionnels, la Section paloise a triomphé lors de la première étape après avoir dominé sa partie du tableau. Ce succès est le fruit d’une stratégie mûrie depuis plusieurs saisons, et pensée pour performer à 7 tout en optimisant la préparation des joueurs à XV.

Une fois de plus, les Palois ont joué le jeu. En ce début de Supersevens 2022, le club béarnais avait envoyé une belle brochette de joueurs du groupe pro à Aimé-Giral. Aminiasi Tuimaba, Reece Hewat, Thomas Carol, Alexis Levron ou encore Lekima Tagitagivalu étaient en effet présents samedi. Contrairement à la grande majorité des formations, – qui convoque presque exclusivement des jeunes n’ayant jamais goûté au Top 14 – la Section voit en cette compétition l’occasion de préparer ses soldats aux exigences de l’élite, la reprise du championnat approchant à grands pas.

« Le Supersevens est un moyen d’accélérer la préparation des joueurs professionnels, en particulier les troisième ligne, ailiers et centres, assure Geoffrey Lanne-Petit, entraîneur de l’attaque paloise et responsable de l’équipe à 7. Cela nous permet de les développer sur la présaison, avec des courses à haute intensité, beaucoup de passes et de duels à jouer. Et puis, ça les fait également matcher, car on sait que la préparation est finalement courte avec seulement deux amicaux, alors même qu’on a des effectifs assez lourds. L’objectif est donc que tout le monde soit prêt pour le 3 septembre ».

« Que ce soit à 7 ou à XV, on ne fait pas de différences »

Depuis la réussite de l’équipe lors de la première édition (médaille d’argent en 2020), et la confirmation lors de la deuxième (quatrième place en 2021), Pau suit effectivement la même feuille de route, comme le détaille Lanne-Petit : « Que ce soit à 7 ou à XV, on ne fait pas de différences. À l’inverse d’autres équipes, on voit ces trois étapes comme une aubaine. Elles représentent un véritable accélérateur de préparation. C’est pour cette raison que le club suit à fond le staff sportif là-dessus, et que nous continuons à jouer le jeu en figurant bien lors du Supersevens. En fait, avec nos bonnes performances et l’état d’esprit qu’on véhicule, ce n’est pas une corvée pour les joueurs, plutôt une opportunité.  Ainsi, les Béarnais avaient bien anticipé l’étape de Perpignan, en constituant dès la reprise un groupe élargi, composé de joueurs espoirs et professionnels ayant vocation à alimenter l’équipe à 7 sur trois semaines de compétition. Les joueurs retenus ont ensuite entretenu certaines routines de travail communes au XV et au 7 (rucks, sauts, prises de balle, longues passes…).

Finalement, cette préparation s’est avérée fructueuse lors de la première étape. À Perpignan, la Section, ses pros et ses jeunes ont tout rasé sur leur passage (47-0 en huitièmes, 26-12 en quarts, 40-12 en demies, puis 29-5 en finale), validant leur ticket pour la prochaine finale du Supersevens (le 19 novembre, à l’Arena). Face aux spécialistes de Monaco, les Palois de Rayne Barka – en sang et or – ont remporté leur pari et se sont adjugé le trophée. Ils ont joué (le jeu), ils ont gagné.

Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?