Bourg-en-Bresse : Valençot, comme à la maison

  • Jérémy Valençot arrive à Bourg-en-Bresse en terrain connu.
    Jérémy Valençot arrive à Bourg-en-Bresse en terrain connu.
Publié le

L'arrivée de Jérémy Valençot offre à Bourg-en-Bresse une variété de choix ses numéros 9.

À Verchère, Jérémy Valençot se sentira vite chez lui. Le demi de mêlée a grandi à moins de dix kilomètres de l’Ain, dans la commune de Gleizé à côté de Villefranche qui fut son premier club. Sa famille est toute proche et il avait déjà quelques potes dans l’équipe, dont le capitaine Loïc Baradel. « J’ai toujours suivi Bourg de loin comme j’avais des connaissances dans ce club », sourit le numéro 9. « Jérémy est un joueur d’expérience, apprécie le manager Fabrice Estebanez. Et pétri de talent ». À 25 ans, le demi de mêlée vient de passer un bail de sept années sous les couleurs du FC Grenoble. Pendant cette aventure iséroise, il participé à dix rencontres de Top 14, cinq de challenge cup et soixante de Pro D2. Après avoir joué centre dans sa jeunesse, l’ancien Caladois s’est mué en un demi de mêlée puissant et râblé. Physiquement, il « pèsera » quelques kilos de plus que ses compères du poste. Robuste, l’ancien Isérois aime défendre. Bourg veut afficher une défense de fer, cela lui plaît : « Être une équipe dominante en défense sans se priver de jouer des ballons », précise-t-il.
Casquette vissée sur la tête, Jérémy Valençot glisse quelques mots à ses « gros » à l’entraînement. Son profil est d’ailleurs plutôt celui d’un neuvième avant. « J’apprécie que l’on dise cela, confie-t-il en souriant. Car j’aime bien m’y filer, me mettre en face et aider les gros dans leurs taches lorsqu’il le faut. Plaquer et aller foutre les mains un peu dans les rucks. » Cet été, Jérémy Valençot s’attache aussi à parfaire la connexion avec ses ouvreurs : « Cela vient petit à petit mais nous avons eu du temps pour bosser et trouver des automatismes ». Le Caladois s’est engagé pour deux saisons et une en option avec le club bressan. « Bourg a des ambitions sportives assez élevées, rappelle-t-il. Nous ne nous cachons pas. Nous voulons tout de suite remonter en Pro D2. Nous avons tous conscience des objectifs et sommes prêts à mettre l’investissement nécessaire pour y arriver ». Et faire de Verchère son jardin. 
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien Veyre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?