Toulon, une délocalisation en question(s)

  • Le 23 avril, Toulon avait battu Toulouse au Vélodrome.
    Le 23 avril, Toulon avait battu Toulouse au Vélodrome. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La fête du rugby organisée au printemps, au Vélodrome, à l’occasion de Toulon-Toulouse a du plomb dans l’aile, l’affiche étant programmée en février. Toulon s’en étonne et s’interroge.

Devenu un rendez-vous majeur de la saison, le « Toulon-Toulouse de Marseille » du mois d’avril ne pourra avoir lieu cette saison. Du côté de Mayol, la publication du calendrier a fait grincer des dents. « On a eu une grosse incompréhension voire une déception en constatant la date de Toulon-Toulouse, tel qu’il était programmé (le 18 février), déplore François Pesenti, directeur exécutif du RCT. Depuis plusieurs années, Covid mis à part, la date était institutionnalisée et ancrée à la sortie du Tournoi, de manière à générer ce qui est devenu la plus belle affluence de l’année. Au printemps dernier, il y avait eu 64 000 personnes, ce qui est une fierté pour le rugby français. C’est une énorme fête du rugby qui attire du public dans toute la moitié du Sud. En sortie de Tournoi, quand reviennent les beaux jours, c’est un moment propice pour remplir le Vélodrome. Sans rien trahir, c’était la demande archi numéro 1 du RCT. On pensait la case acquise sur fin mars, début avril. »

L’option La Rochelle

Cette saison, le choc 100 % rouge et noir se tiendra au cœur du Tournoi : « Toulon et Toulouse auront du mal à avoir tous leurs internationaux. Niveau conditions climatiques, ce n’est pas optimal non plus. »

La confrontation se tiendra-t-elle cette fois à Mayol ? « On n’a pas encore pris la décision, c’est un coup très dur porté à la réussite de l’événement et, par ricochets, à l’économie du club. Nous avons une grande difficulté à envisager la délocalisation. »

Le sujet est à l’étude : « On ouvre une réflexion générale sur les délocalisations. Nous n’avons pas encore tranché, il va falloir repenser la stratégie. On va définir ça assez vite, courant septembre, le temps de tout organiser et de prévenir les fans. »

Du côté de la Ligue, la position est claire : le RCT, comme tous les clubs, pouvait soumettre une demande de délocalisation sur deux créneaux, en choisissant trois potentiels adversaires ; dans un premier temps, la LNR avait proposé de placer le Racing 92 à une des dates voulues ; face au refus des Toulonnais, l’instance a inversé le club francilien avec La Rochelle.

Solution qui a été entérinée : les Maritimes sont censés venir dans le Var le 6 mai 2023. Cette affiche face aux champions d’Europe en titre pourrait-elle faire office de fête du rugby au Vélodrome ? Nul doute que cette option sera à la table des discussions dans le bureau des dirigeants toulonnais. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?