Marseille - Augustin Marie : « J’espère pouvoir rencontrer la mairie »

  • Les Marseillais ont repris l'entraînement le 2 août.
    Les Marseillais ont repris l'entraînement le 2 août. DR
Publié le

Augustin Marie, le dirigeant marseillais fait le point sur la fusion entre le Stade Phocéen et Marseille Huveaune et sur sa volonté d’être soutenu par la municipalité.

Pouvez-vous nous présenter votre nouveau club ?

Nous avons regroupé les forces de nos deux entités, pour en faire une seule. Au Stade Phocéen, il n’y avait pas d’équipe féminine par exemple. A Marseille-Huveaune, leur équipe fonctionne bien. C’est une de leurs marques de fabrique. Le rugby féminin est important et nous voulons axer notre club sur ce domaine. En revanche, Marseille-Huveaune ne faisait pas de sport santé, au contraire du Stade Phocéen. En seniors, les deux clubs allaient se retrouver au même niveau, en Honneur. Quel était l’intérêt de se faire la guerre, entre guillemets, le dimanche alors qu’on s’entraînait côte à côte toute la semaine ? Et nous allons regrouper l’équipe de bénévoles bien fournie du Stade Phocéen avec la force de celle de Marseille-Huveaune et de ses salariés. Tout est fait pour que cela se passe bien.

En jeunes, les deux clubs étaient en entente avec Aubagne. Ce projet va perdurer ?

Le projet Marseille Garaban continue avec Aubagne. Nous souhaitons avoir une politique de bassin, préconisée à l’échelle fédérale. Nous voulons pouvoir proposer tous les niveaux à nos licenciés, notamment du national et du régional en cadets et en juniors. Cela permet également d’aligner une équipe minime en Super Challenge. Si Marseille Rugby Méditerranée permet d’être plus gros en termes de nombre de licenciés, nous sommes encore plus fort à trois clubs. Cela n’a aucun sens de se séparer, après quatre ans de fonctionnement. Nous avons fait nos preuves. Nous avons disputé des phases finales en cadets nationaux, des phases finales en cadets régionaux. Cela fonctionne. Il n’y a pas d’intérêt à arrêter.

L’actualité rugbystique récente a été riche à Marseille, entre les demi-finales du Top 14, le congrès de la FFR et l’Africa-Cup. Qu’en est-il de la possibilité d’un "grand" club à Marseille ? Est-ce envisageable à terme ?

La municipalité a manifesté ce souhait au moment de l’annonce des matchs de France 2023 et de l’Africa-Cup. J’espère pouvoir vite la rencontrer pour se mettre autour d’une table et connaître sa volonté de nous aider à créer ce club. J’ai vu de belles choses au stade Delord au début de l’été. Des moyens ont été engagés. L’événement (L’Africa Cup) a été réussi. J’espère que les clubs du rugby marseillais vont être soutenus au quotidien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?