Soyaux-Angoulême avance avec humilité

  • Le capitaine angoumoisin Gautier Gibouin se méfie des Vannetais, auteurs d’une saison décevante lors du précedent exercice. Photo Icon Sport
    Le capitaine angoumoisin Gautier Gibouin se méfie des Vannetais, auteurs d’une saison décevante lors du précedent exercice. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Alors qu’il retrouve le championnat de Pro D2 un an seulement après sa relégation, Soyaux-Angoulême s’élance avec un unique objectif : se maintenir. Le staff attend beaucoup de la réception de Vannes.

Après deux saisons de galère, l’une ponctuée par une relégation de Pro D2, l’autre passée à cravacher pour parvenir à réaliser l’exploit de remonter dans la foulée, Soyaux-Angoulême espère cette fois avancer avec des vents favorables. Parmi les deux formations les plus citées au jeu des prévisions des entraîneurs de Pro D2 pour descendre en Nationale, le SA XV devra déjouer les pronostics. Et ça, il faut l’assumer selon le manager Vincent Etcheto : « L’an dernier, il y a eu deux montées, les deux ont été relégués en fin de saison, donc c’est normal que l’on soit dans la charrette avant l’heure… Si on termine 14e, je signe, mais comme disent les footeux, on va prendre match après match ».

Bien entrer dans la danse

Comme à chaque début de championnat, la pression est présente, encore plus lorsque l’on se prépare à répondre au marathon du Pro D2 pour s’y pérenniser à nouveau : « Il est clair que la pression est sur ce premier match. Il faut que l’on rentre dans ce championnat de la meilleure des manières. Il me tarde clairement de m’asseoir dans la cahute et de regarder le match ». En face, Vannes est désormais rompu aux joutes du Pro D2. Si les Vannetais sortent d’un exercice mitigé, le capitaine du SA XV Gautier Gibouin se méfie des Bretons : « C’est un club qui sort de très bons joueurs, qui a l’appui d’un super public, qui est rodé au Pro D2. On les respecte, mais on ne fait pas de complexe d’infériorité ». Pour celui qui totalise déjà plus de 150 matchs de Pro D2, le championnat a passé un cap ces dernières années : « C’est de plus en plus ouvert, il y a dix-douze équipes qui peuvent lutter pour les phases finales ». De son côté Vincent Etcheto a clairement identifié le triptyque des qualités requises pour exister au deuxième échelon français : « Il y a beaucoup de ballons portés, de ping-pong et beaucoup d’engagements dans les rucks… Ce sont les trois points que l’on doit régler. On s’en est sorti l’an passé parce que l’on avait une petite marge, là, il va falloir régler tout ça ».

Gommer les accrocs des matches amicaux

À l’heure de lancer la saison par un premier match officiel, le SA XV avance sur la pointe des pieds. Battu à domicile pour ses deux matchs de préparation, par Colomiers (12-40), puis par Agen (18-36), Soyaux-Angoulême a montré de belles choses, notamment dans les franchissements, mais doit changer de braquet dans les fondamentaux : « On a eu des problèmes dans les ballons portés, dans les rucks, mais je vous promets que l’on va les corriger. Je trouve que l’on travaille bien. Maintenant, il faut des résultats ». Avec son expérience, Vannes arrive a point nommé pour se tester.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Dorian BERCHENY
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?