Montpellier n’est pas à la fête

  • Le champion en titre, Montpellier, n'a jamais été cité par les entraîneurs de Top 14 parmi les finalistes.
    Le champion en titre, Montpellier, n'a jamais été cité par les entraîneurs de Top 14 parmi les finalistes. Icon Sport
Publié le

Champion de France en titre, Montpellier n’a pas encore la faveur des votants malgré un recrutement intéressant.

Philippe Saint-André ne va pas mal dormir en découvrant les résultats de ce sondage. Il se souviendra que son équipe n’avait jamais été citée la saison dernière comme candidate au Bouclier de Brennus. Montpellier n’avait récolté que deux petites voix pour figurer comme barragiste. L’ancien sélectionneur est donc parfaitement placé pour savoir qu’avancer masqué peut être aussi un avantage.

Mais, depuis l’instauration du sondage Midi Olympique des entraîneurs, c’est bien la première fois que le champion sortant est autant snobé au moment de se présenter sur la ligne de départ pour défendre son titre. Pour mieux comprendre cette défiance envers le MHR, il convient de regarder dans le rétroviseur. Il est bien difficile de conserver le précieux Bouclier. Depuis l’instauration du Top 14 lors de la saison 2005-2006, seul le Stade toulousain est parvenu à gagner le championnat deux fois consécutivement, même si Biarritz, premier club à remporter le Top 14 en 2006, était parvenu à garder le Bouclier de Brennus sur la côte Basque après le titre de 2005 (Top 16). Les Toulousains ont donc réussi une grande première en 2011 et en 2012 avant de rééditer l’exploit en 2019 et 2021 (avec néanmoins la saison 2019-2020 interrompue en raison de la crise sanitaire entre les deux sacres).

Des lendemains difficiles

Il n’est jamais facile de digérer un titre de champion de France, d’autant plus que les candidats au Graal n’ont jamais été aussi nombreux (sept clubs ont été cités pour soulever le Brennus même si le Stade toulousain part largement favori). La décompression n’est jamais loin après une telle aventure et il est bien difficile de maintenir une dynamique, d’autant plus avec une cible accrochée dans le dos. Castres, champion de France 2018, n’était pas parvenu à se hisser en phase finale la saison d’après. C’était aussi le cas de Clermont, champion en 2017, et seulement neuvième quelques mois plus tard. Le Stade français, champion en 2015, avait terminé douzième la saison d’après ! Enfin, le Racing 92, vainqueur en 2016, avait limité la casse en accrochant le sixième et dernier strapontin à l’issue de la phase régulière avant de se hisser en demi-finale.

Alors malgré un recrutement prometteur avec les arrivées de Louis Carbonel, Léo Coly, Ben Lam et du pilier international néo-zélandais Karl Tu’inukuafe (26 sélections), les votants ne pensent pas à un doublé du MHR, trop heureux d’avoir conquis son premier titre en juin dernier. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?