Défaite comptable, victoire morale pour l'USAP

  • Défaite comptable, victoire morale pour l'USAP
    Défaite comptable, victoire morale pour l'USAP Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré une défaite concédée dans les dernières minutes, les Catalans voulaient retenir les points positifs de cette première sortie.

Une défaite est toujours difficile à digérer. Elle est même amère et frustrante quand elle survient dans les dernières minutes. Perpignan avait quasiment réalisé le match parfait à l’extérieur, en restant collé au tableau d’affichage en première période, et posant une deux banderilles dans les vingt premières minutes de la seconde période, grâce à une interception de Tristan Tedder avant un joli numéro de Lucas Dubois, impeccable au Hameau. Le scénario était idéal, coupant les jambes de Palois sans idée ni maîtrise. Il n’a manqué que quelques minutes aux Catalans pour frapper un grand coup dès la première journée devant leurs supporters venus en nombre dans le Béarn. « C’est une grosse frustration, reconnaissait David Marty, le nouvel entraîneur principal de l’Usap, Nous avons montré de la maîtrise pendant 70 minutes, même s’il y a beaucoup de choses à revoir, et il nous a manqué dix minutes. On s’est un peu affolés. C’est peut-être la peur de gagner, c’est difficile à expliquer car nous étions devant. En étant devant, on aurait pu jouer plus simplement et mettre de la pression sans faire de faute. Cela permet au moins de rester devant. »

Mais l’ancien trois-quarts centre voulait rapidement passer au-dessus de la déception du résultat brut, même si l’opportunité de prendre quatre était bel et bien réelle : « À la fin c’est un sentiment positif qui domine. On débutait le championnat, en partant un peu dans l’inconnue. On a la sensation d’avoir existé.On peut retenir l’état d’esprit, l’engagement, notre défense, mais aussi notre jeu car nous avons été efficaces sur nos opportunités, même si, sur les vingt dernières minutes de la première période, nous avons deux ou trois occasions de tenir le ballon dans le camp adverse et nous ne concrétisons pas. À la fin, nous payons notre domination stérile en première mi-temps. »

Effectivement, les Catalans n’ont pas réussi à concrétiser deux pénaltouches et ils pourront regretter deux ballons tombés à quelques mètres de la ligne d’en-but adverse alors que le champ était libre. Mais, il y a fort à parier que la séance vidéo de ce lundi devrait bien mieux se passer à Perpignan qu’à Pau. C’est tout le paradoxe de ce résultat. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?