Le XV de France a 343 jours pour lever les derniers doutes

  • Vakatawa désormais retraité, Arthur Vincent postulera pour une place de centre dans le groupe des Bleus en 2023.
    Vakatawa désormais retraité, Arthur Vincent postulera pour une place de centre dans le groupe des Bleus en 2023. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

C’est le 21 août 2023 que Fabien Galthié annoncera la liste des trente-trois élus pour disputer la Coupe du monde, au bout de deux mois de préparation à quarante-deux. Un délai d’ici lequel le staff des Bleus devra avoir dissipé ses dernières incertitudes, quand bien même celles-ci ne sont plus légion.

Depuis les 35 ans que le trophée Webb-Ellis a été créé, aucune édition de la Coupe du monde n’a échappé à ce petit jeu. Et il y a très fort à parier que, si l’on s’amusait à comparer les listes supposées « à un an de l’événement » et celles réellement données au jour J, le bilan ne serait certainement pas flatteur pour les pronostiqueurs. Parce qu’une année ne demeure rien moins qu’une petite éternité dans le sport de haut niveau, que les blessures et les « ovnis » se sont toujours succédé pour perturber les plans des sélectionneurs, et plus globalement parce que le destin a toujours plus d’un tour dans son sac. Qui aurait pu prévoir, avec un an d’avance, que Thierry Dusautoir serait le héros de la Coupe du monde 2007, que Morgan Parra serait l’ouvreur des Bleus quatre ans plus tard, ou encore que Charles Ollivon retrouverait une place de titulaire en 2019, pour ne citer que trois exemples ? Personne, et c’est bien tout le charme de ce jeu… Reste que la singularité du XV de France actuel, au-delà de son incroyable régularité (en témoigne cette série en cours de 10 victoires, grand chelem compris) et son penchant pour la statistique et les datas, réside bien dans sa capacité à avoir planifié son avenir. Ainsi, à désormais moins d’un an du coup d’envoi de France-Nouvelle-Zélande le 8 septembre prochain, c’est non seulement un XV-type qui s’est progressivement dessiné sous la houlette de Fabien Galthié, mais surtout des hiérarchies à chaque poste clairement affirmées. Un état des lieux qui n’offre aujourd’hui que peu de doutes en prévision de la liste des 33 Bleus que le sélectionneur annoncera le 21 août 2023, comme le point final d’une immense revue d’effectif qui l’a conduit, depuis le début de son mandat, à convoquer 120 joueurs pour en caper 76…

Entre transferts et convalescences

Reste qu’en 343 jours, comme on l’a expliqué en préambule, bien des choses peuvent encore se passer, d’autant que les Bleus ont encore douze matchs à disputer avant la Coupe du monde (3 tests en novembre, le Tournoi et 4 matchs de préparation). Sauf que ce délai doit moins servir à nourrir les incertitudes qu’à lever les dernières, pour certaines liées aux convalescences des uns et des autres, et pour d’autres à une intersaison beaucoup plus agitée que d’habitude pour une année pré-Coupe du monde. Pas de quoi se faire un monde, bien sûr. Reste qu’il s’agira bien de s’assurer, selon le mot du sélectionneur, que tous les aspirants au Mondial cocheront bien toutes les cases imposées par Galthié en raison d’une préparation exceptionnellement courte, à savoir les "sept indicateurs de performance" définis par le staff, ainsi qu’un statut de titulaire en club. Ce dont certains ne sont pas encore assurés, à l’heure où nous écrivons ces lignes…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?