Nationale - Les Varois enfin payés face à Albi

  • Nationale - Les Varois enfin payés face à Albi
    Nationale - Les Varois enfin payés face à Albi Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Auteur de belles partitions mais toujours sans victoire, le Club varois a montré qu’il avait appris de ses erreurs et espère être le poil à gratter du Nationale.

Si près, jamais loin mais toujours perdant. Si l’on devait résumer le début de saison des Vert et Jaune, on le qualifierait d’amère. En tête face à Bourgoin et Suresnes après l’heure de jeu, les équipiers de Munro ont craqué sur le gong. Le Petit Poucet rivalisait, sans se payer, et se retrouvait la tête embrumée au bas-fond de la Nationale : «On a toujours eu un passage à vide, pendant lequel on fait des choses bêtes, a pointé le flanker Beaumont. Aujourd’hui, il y avait un mot dans le vestiaire. Face à Albi, on a senti que nous étions dans un temps faible et nous avons décidé de fermer le jeu et de tout bloquer.» Et, le piège s’est refermé sur le SCA (19-13).

Il faut dire que dans la semaine, au gré de plusieurs réunions avec le groupe et plus particulièrement avec les cadres, les professeurs Le Corvec, Boutet et Pezery avaient martelé la leçon pour qu’elle finisse par entrer dans la tête de leurs joueurs : las d’être le dindon de la farce du Nationale. «On bosse bien à l’entraînement et ce que l’on met en place est respecté par les garçons, a apprécié Pezery. Malheureusement, il y a eu un manque de maîtrise et de maturité. Nous avons payé pour apprendre sur les deux premières journées. Aujourd’hui, on a gardé le cap et la maîtrise. On a su faire tourner les choses.»

Beaumont : «un déclic»

Blessés ou hors groupe, tous étaient présents à Véran pour le premier succès du RCHCC. À la fin de la rencontre, l’ensemble du groupe est venu se tomber dans les bras. Avec quinze arrivées à l’intersaison, la bande à Brousse, venu de Provence Rugby, a su faire rapidement corps autour de l’objectif maintien. Les défaites ont aussi eu le mérite de souder. Pezery et Boutet ont misé sur le turnover (plus de dix changements dans les XV de départ) pour éviter de générer de la frustration et faire ressortir le meilleur de leur effectif. «On part du principe qu’on a un vrai groupe, peu importe le statut, les sélections ou l’âge du joueur, a analysé le premier nommé. Nous avons besoin de tout le monde. Je connais la Nationale, ce sera long et dur.»

En accrochant le scalp de la référence Albi, le RCHCC s’est également donné le luxe de travailler avec le sourire aux lèvres et un peu moins de crainte. «Je ne vais pas faire du Urios, en disant que la pression, je la bois. Mais effectivement, je préfère la boire avec mes joueurs, s’est réjoui Pezery. Le seul signal que le staff et les joueurs doivent retenir d’Albi : notre travail paie.» Le capitaine Beaumont a pris la balle au bond pour clore ce succès majeur. "Sur la pelouse, nous avons senti un déclic. On l’a eu cette putain de victoire (rires) ! Maintenant, place à un très gros morceau, à Valence-Romans. On a montré que nous étions en mesure de battre de gros noms. Les armes, nous les avons pour le faire mais il va falloir le montrer tous les week-ends.»

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?