Oscars Midol - Massy : Yannis Dit-Robaglia, au nom de la formation

  • Oscars Midol - Massy : Yannis Dit-Robaglia, au nom de la formation
    Oscars Midol - Massy : Yannis Dit-Robaglia, au nom de la formation Stéphanie Biscaye
Publié le

L’ailier massicois symbolise la jeunesse locale désireuse de lancer sa carrière de senior au club, avant de rêver a un ailleurs.

Dix années après la distinction attribuée en 2012 à son ancien capitaine historique Florent Malleville, le club de Massy célébrera le mardi 4 octobre le retour sur ses terres de la grande cérémonie des Oscars Midi Olympique. Deux joueurs seront honorés cette fois, l’ailier puncher Yannis Dit-Robaglia, qui sera sur le devant de la scène, et dans son ombre, avec un oscar "espoir", le jeune troisième ligne Andy Tymo. Et c’est toute la pyramide de la formation francilienne qui sera mise à l’honneur avec eux. Tous les deux incarnent l’image d’Epinal d’un club massicois usine à champions. Yannis Dit-Robaglia avait rejoint Massy dans sa prime jeunesse, en Benjamin, et ne l’a jamais quitté depuis. Même en Crabos, quand le Racing 92 était venu le recruter, il avait décidé de rester pour y parfaire sa formation. Même la saison dernière, quand Massy flambait en Nationale, et qu’il enchaînait les bonnes prestations, il avait repoussé des sollicitations pour commencer sa carrière senior en Pro D2 à Massy.

La grande chevauchée rouennaise

Avec les Massimo Ortolan (23 ans), Victorien Jacomme (23 ans), Alex Preira (23 ans), ou Arthur Seigneuret (21 ans), toute cette bande qui a écumé ses années de jeunesse dans toutes les catégories du club, et au Centre de Formation, Yannis Dit-Robaglia avait décidé de prolonger leur entente collective avant d’imaginer poursuivre leur carrière individuelle ailleurs. Participeront-ils à la stabilisation du club en Pro D2 ? Le début de saison a été éprouvant, et Yannis Dit-Robaglia, comme l’ensemble de ses coéquipiers, y cherche ses marques. Il a été aligné à trois reprises depuis le démarrage de la saison. On note dans ses premiers pas chez les pros cette grande chevauchée contre Rouen, lancée côté ouvert depuis son aile opposée. Il avait réveillé son équipe dans son moment de fébrilité.

Ancien arrière doté d’un long pied gauche, repositionné à l’aile en raison de son profil, davantage explosif que relanceur, il est l’un des éléments capables de créer des situations favorables par ses interventions tranchées. Si le troisième ligne Andy Timo (17 ans) n’a pas encore joué une minute en Pro D2, ce facteur "X", qui peut aussi se positionner à l’aile, comme Sekou Macalou, progresse de son côté dans son parcours de joueur à 7. Il a été intégré dans le cursus de l’équipe de France. "L’Opéra sera rempli, on va prendre de belles photos avec nos amis et nos partenaires, se félicite José Ramos, le nouveau président de la Sasp. Ça met vraiment du baume, au cœur de voir tous les efforts des bénévoles, des entraîneurs, et de tous ceux qui créent les conditions de l’épanouissement, récompensés dans l’avènement de ces jeunes joueurs. Nous serons tous avec Yannis et Andy pour soutenir leurs réussites, qui fait l’identité de notre club."

 

Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?