Oyonnax : le diable se niche dans les détails

  • À l’image de Jules Soulan, auteur de treize points, les Oyomens ont réussi à se défaire de la défense neversoise pour se hisser sur le podium du Pro D2. Photo Jean-François Basset
    À l’image de Jules Soulan, auteur de treize points, les Oyomens ont réussi à se défaire de la défense neversoise pour se hisser sur le podium du Pro D2. Photo Jean-François Basset
Publié le

Plus rigoureux en défense, plus disciplinés, les Oyomen ont construit une victoire qu’ils auraient pu prétendre bonifier en étant plus réalistes.

Au soir d’une troisième victoire à domicile, qui permet à son équipe de boucler le premier bloc avec un capital de quinze points, Joe El Abd pointait un petit regret : « Il y a encore des choses à travailler. Nous aurions dû marquer un troisième essai en fin de match. Nous devons nous montrer plus réalistes. Si nous voulons atteindre nos objectifs il nous faut encore grandir. » 

Mais la confrontation avec des Neversois qu’il qualifie de "difficiles à manœuvrer" pousse aussi le manager du Haut-Bugey à énumérer des motifs de satisfaction : « En premier lieu, il y a l’état d’esprit du groupe. Pour construire cette victoire importante nous nous sommes appuyés sur une grosse défense. Elle n’a jamais craqué. C’était déjà l’une de nos forces la saison passée. Dans la continuité de cette dernière saison, il y a aussi notre capacité à rester disciplinés. » 

Les chiffres lui donnent raison avec huit pénalités sifflées contre les Oyomen, dix-sept contre les Neversois qui ont aussi écopé de deux cartons jaunes. Et c’est là que le bât blesse pour Sébastien Fouassier, l’entraîneur de Nevers qui n’a pas mâché ses mots à l’encontre de M. Castaignède : « Nous avons eu droit à une parodie d’arbitrage. Un tel déséquilibre pose le problème de l’équité, sans rien enlever à la performance d’Oyonnax. »

Progression constante

On retiendra que si sur leur deuxième situation de supériorité numérique les Oyomen ont inscrit les sept points d’un essai transformé, la première avait permis à chacune des équipes de marquer les trois points d’une pénalité.

Hugo Fabrègue, passé de Nevers à Oyonnax durant l’été, savoure la victoire de son nouveau club : « Nous nous attendions à un gros combat. Nevers avait annoncé son ambition de récupérer chez nous les points perdus contre Biarritz, cela a ajouté à notre motivation. Il y a des choses à régler en touche, un secteur où nous avons été un peu mis en difficulté par l’excellent contre des Neversois, mais nous avons su construire notre victoire face à un demi-finaliste de la saison passée. »

Avant d’évoquer le duel avec Nevers, Kevin Lebreton tire un constat du premier bloc : « Nous allons être une dizaine à nous disputer les places qualificatives. » La projection suscite même un regret : « En étant plus appliqués nous aurions pu aller chercher un point de plus. La défense est un secteur sur lequel nous pouvons nous appuyer, mais nous sommes encore irréguliers en touche, nous manquons des occasions dans les vingt-deux mètres adverses… »

Joe El Abd a depuis le début de saison fixé un cap à son équipe, celui d’une progression constante, en se servant de ses erreurs pour avancer. Avant le match contre Nevers, il avait particulièrement insisté sur la nécessité de demeurer rigoureux jusqu’à l’ultime seconde. Il avait emprunté à Nietzsche une citation en forme d’avertissement : « Le diable se niche dans les détails. » Les faits lui ont donné raison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?