Top 14 - Brive méritait mieux

  • Enzo Hervé est sorti sur blessure face au Castres Olympique.
    Enzo Hervé est sorti sur blessure face au Castres Olympique. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les hommes de Jeremy Davidson peuvent nourrir des regrets. Ils ont posé des problèmes au CO et auraient mérité de quitter Castres avec au moins un point.

Cela peut être rageant, le rugby, parfois. Lorsqu’ils ont vu l’ultime pénalité de la rencontre, tapée à la 80e minute par leur jeune demi d’ouverture remplaçant Tom Raffy, s’effacer à droite des poteaux, les Brivistes ont compris que leur débauche d’énergie allait rester vaine et qu’ils quitteraient Castres sans le moindre point.

Au vu des circonstances, c’est très, très mal payé. Car même s’ils ne furent jamais dangereux d’un point de vue offensif, même s’ils n’ont rien proposé ou presque dans le camp de Castres, les Brivistes, sur leur seule ardeur défensive et leur capacité à encaisser la folle pression imposée par le CO, auraient pu glaner au moins un point. S’ils ne furent jamais en position de gagner, ils n’ont jamais non plus été «largués», gardant toujours les Tarnais à portée de fusil. Ce scénario aurait mérité meilleur sort, surtout lorsque l’on sait que le CAB traverse une période très délicate du point de vue de l’infirmerie. À Castres, ce ne sont pas moins de quatorze blessés qui garnissaient les rangs du centre de soin, obligeant l’équipe à se déplacer dans le Tarn avec trois gosses du centre de formation (Aaron Grandidier-Nkanang, Noé Bedou et Tom Raffy, N.D.L.R.). Pour couronner le tout, le demi d’ouverture Enzo Hervé a quitté ses coéquipiers très tôt dans la partie, obligeant les Brivistes à donner les clés du camion au jeune Tom Raffy, 18 ans.

Cap sur Bayonne

Le «gamin» a affronté l’adversité sans peur et a montré qu’il avait le niveau Top 14 dans un match âpre et tendu. Son manager était aussi satisfait de sa prestation : « Tom fait une bonne entrée. Il n’était pas perdu sur le terrain. C’est un joueur qui a beaucoup de talent, beaucoup de confiance. »

Bravo à lui et on oubliera très vite cette dernière pénalité un peu trop courte. Jeremy Davidson analysait la défaite avec philosophie : « Ce match ne fut pas très palpitant. La météo n’a pas aidé à développer du jeu, il y a eu beaucoup de jeu au pied et les défenses ont pris le pas sur les attaques. Je suis déçu par notre discipline. Douze pénalités ont été sifflées contre nous, on voulait rester en dessous de 10. Par contre, je suis très content pour les cinq joueurs du centre de formation qui ont joué ce soir. On ne mérite pas de gagner, mais le point de bonus aurait été mérité. Ce n’était pas un grand match de rugby mais c’était très engagé. Choix collectif de tenter les points sur la dernière pénalité.  Il faut désormais se projeter sur Bayonne ! D. B.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?