Fédérale 3 - Stéphane Reynaud (la Tour-du-Pin) : "Nos entraînements sont chronométrés"

  • En grande confiance, le RCVT assume ses ambitions avec deux succès larges et l’arrivée de Jonathan Wisniewski
    En grande confiance, le RCVT assume ses ambitions avec deux succès larges et l’arrivée de Jonathan Wisniewski Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le

Stéphane Reynaud - Coordinateur sportif de la Tour-du-Pin (Fédérale 3) En grande confiance, le RCVT assume ses ambitions avec deux succès larges et l’arrivée de Jonathan Wisniewski, qui a apporté sa touche aux entraînements et dans le jeu.

Meilleure attaque de Fédérale 3 avec 113 points en deux matchs, quel est votre secret ?

Je ne sais pas si il y a un secret mais cette saison, dans les matchs où on domine comme ce fut le cas lors des deux premiers rendez-vous, on arrive à aggraver le score, chose que nous ne faisions pas la saison passée. Après, il faut aussi reconnaître que sur ces deux premiers matchs, nous avons joués contre des équipes plutôt faibles, qui ne seront certainement pas dans les quatre.

Vous êtes également la troisième meilleure défense de France avec seulement 17 points encaissés…

Je suis très attaché à cette rigueur défensive. Le point noir, ce sont ces deux essais encaissés qui étaient largement évitables. Leur physionomie ne me plaît pas et je veux qu’on s’interdise ce genre d’erreurs. Je ne vais pas lâcher les joueurs là dessus. On sait très bien que contre des équipes plus fortes, plus en place, ça comptera encore plus.

En réserves, vous êtes aussi sur deux victoires…

Deux victoires bonifiées même et nous sommes très contents de ces résultats. Nous avons un groupe plus jeune, beaucoup d’anciens ont arrêté cette année donc on peut dire que c’est une vraie équipe espoir. Les joueurs progressent car on travaille en collectif complet le mardi avant de séparer le jeudi. Je trouve que c’est un bon compromis car tout le monde bénéficie des mêmes éléments techniques. Il va y avoir des blessés, des absents, donc on se doit d’avoir des joueurs de notre réserve pour alimenter.

Quel est le projet de jeu que vous voulez instaurer ?

Notre système a changé par rapport à la saison dernière, notamment après la rencontre perdue en 32es de finale contre l’entente des Quatre Cantons. On a petit à petit modifié des choses, on travaille maintenant en zones de terrain. Les pressions et les constructions sont différentes selon l’endroit où l’on se situe. Ce sont des indications pour nous permettre d’aller plus vite dans l’en-but adverse.

Est-ce aussi une conséquence de l’effet Jonathan Wisniewski, tout fraîchement entré dans votre staff ?

Oui, évidemment, son arrivée a clairement rehaussé nos curseurs d’exigence. Par exemple, nos entraînements sont désormais chronométrés. Le mardi, on fonctionne en quatre temps, une minute pour changer d’atelier. Pendant les oppositions, les joueurs ont quinze secondes maximum pour se mettre en place en mêlée, en touche. Il n’y a plus de place pour les bavardages. Une fois l’entraînement fini, oui évidemment, mais pas pendant.

Votre prochain déplacement à Aix-les-Bains sera-t-il un vrai test de caractère pour vos joueurs ?

C’est le favori de la poule. On aura forcément davantage d’enseignements après cette rencontre et même le bloc, je dirais. Après, ce n’est pas parce que je les place comme favoris que je n’ai pas confiance. Aller chercher quelque chose à Aix ne sera pas un exploit mais presque. Si on rentre avec un succès, on se sentira fort.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Tristan FAILLER
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?