Les Bleues assurent et se rassurent pour lancer leur Coupe du monde

  • La joie de Laure Sansus et ses coéquipières lors de leur première victoire dans cette Coupe du monde face à l’Afrique-du-Sud.
    La joie de Laure Sansus et ses coéquipières lors de leur première victoire dans cette Coupe du monde face à l’Afrique-du-Sud. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Bien que parfois chahutées par des sud-africaines bien plus coriaces que leur « ranking » world rugby ne le suggérait, les Bleues ont assuré l’essentiel, voire plus, en s’offrant une large victoire.

Cette première journée de compétition aura révélé un intéressant parallèle entre plusieurs équipes : toutes les prétendantes légitimes au titre ont eu du mal à entrer dans cette Coupe du monde. Dans le match qui a suivi celui des Françaises, les surpuissantes Anglaises ont mis une mi-temps à prendre la mesure de modestes Fidjiennes qui, bien qu’elles vivaient là leur première participation à la Coupe du monde, étaient encore dans le match à la pause (24-14). Idem, voire pire pour les Black Ferns, quintuples championnes qui se sont fait malmener par leurs rivales australiennes pendant la première demi-heure, où les Wallaroos menaient 17 à 0. Les Françaises ont, dans un sens été l’exception qui confirme la règle. Car une fois encore, les coéquipières de Céline Ferer, capitaine par intérim de Gaëlle Hermet, ont fait une entame tonitruante pour inscrire trois essais en 17 minutes.

Mais en même temps, on ne peut pas dire qu’elles ont échappé à la règle car après cette entame enthousiasmante, elles ont commis un nombre incalculable de fautes en tous genres : de main d’abord et surtout des mauvaises passes, à l’image de la centre Maëlle Filopon. Des fautes tout court, ensuite, puisqu’elles ont terminé la rencontre avec seize pénalités concédées : « Il y avait forcément du stress, et beaucoup d’envie sur ce match et tout cela s’est transformé en un trop-plein d’envie qui a conduit à ces erreurs de précipitation », analysait la pilier Annaëlle Deshaye. Un trop grand nombre de fautes qui a redonné autant de possessions aux Sud-africaines et qui, par conséquent, ont empêché les Bleues de jouer leur jeu et de marquer le moindre point de la 17e à la 67e minute, et ce quand bien même elles ont été en supériorité numérique à la demi-heure de jeu après le carton jaune donné à la rugueuse flanker Sizophila Solontsi.

Réaction positive en deuxième mi-temps

Pour autant, on a le sentiment que cette équipe de France a livré un match de bien meilleure facture que ses précédentes sorties « amicales » contre l’Italie, soldées par une victoire terne et une triste défaite : « Je trouve qu’il y a tout de même du mieux par rapport à nos matchs amicaux contre l’Italie, confirmait la capitaine Céline Ferer. On arrive à mettre plus de choses en place, on communique mieux, on a plus de liant entre avants et trois-quarts, et je trouve qu’on dégage plus d’énergie entre nous aussi. Quand on était dans ce creux de la vague, on a su le voir et agir pour s’en sortir. » Chose qu’elles n’avaient pas faite depuis bien longtemps…

Au rang des satisfactions, on listera donc la défense (encore 82 % de réussite avec Fall, Mayans, Drouin et Vernier en fers de lance), mais aussi la touche (13/15, et un lancer adverse capté), ainsi que la dimension physique qui a permis aux Bleues, dans le sillage d’une Romane Ménager destructrice (5 défenseuses battues) de gagner souvent la ligne d’avantage malgré la densité physique adverse. Mention spéciale également pour Caroline Drouin, qui a bien alterné le jeu tout en se montrant dominante balle en main ainsi que pour la septiste Joanna Grisez qui a fait montre d’une belle agressivité défensive ainsi que son essai pour sa première sélection avec le XV de France. De bon augure avant de se mesurer à la référence anglaise…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?