Top 14 - Roumat : « Je ne me pose pas de question, je vis le moment présent et je m’éclate »

  • Roumat : « Je ne me pose pas de question, je vis le moment présent et je m’éclate »
    Roumat : « Je ne me pose pas de question, je vis le moment présent et je m’éclate » Midi Olympique/Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Impressionnant et épanoui depuis son arrivée à Ernest-Wallon cet été, l’ancien Bordelais revient sur le début de saison réussi de son équipe.

Que vous inspire ce succès face à Clermont ?

On a rempli le contrat, même si Clermont nous a posé pas mal de problèmes en première mi-temps, notamment dans les zones d’affrontement et de ruck. On n’a pas réussi à avoir des sorties rapides pour développer notre jeu. À la pause, nous nous sommes recentrés sur nous et avons insisté sur les quelques erreurs qui avaient offert des munitions à Clermont pour les gommer. En deuxième période, même si ce fut un peu brouillon, nous avons su concrétiser nos actions.

Sur ces fameux ballons de récupération…

C’est quelque chose d’assez naturel chez nous.Notre jeu est beaucoup basé sur une grosse défense pour récupérer des ballons et profiter des contre-attaques. On a la chance d’avoir des mecs comme Toto (Dupont) ou Thom (Ramos) qui, dès qu’un ballon traîne, enclenche pour aller souvent au bout. Une fois qu’on a pris le large, cela nous a confortés dans nos convictions. Même si tout n’a pas été parfait et si on a encaissé un essai sur maul.Cela nous tenait à cœur de ne pas en prendre.Il y a des choses à améliorer.

Comment expliquer la lucidité de l’équipe ?

Quand on prend des points, on reste assez sereins sous les poteaux. On a de grosses individualités et des cadres internationaux, comme à la charnière, qui savent parler au groupe, transmettre du calme.On a confiance en notre jeu, en ce qu’on produit. Et le banc est incroyable à chaque fois qu’il entre.

Vous avez parlé du jeu en lecture, avec un aperçu sur votre essai sur interception…

On l’avait vu dans la semaine à la vidéo : quand les Clermontois prenaient le ballon devant, ils ne déviaient pas d’en haut mais d’en bas sur le numéro 9.On a essayé de mettre un maximum de pression sur lui vu qu’il avait une longue passe, de plus de dix mètres, à faire. Le rôle du bloc du fond était de couper la passe, cela m’a réussi. Est-ce un jeu en lecture ?Oui et non.C’est surtout une chose qui a été bossée.

La polyvalence des joueurs, avec Anthony Jelonch en deuxième ligne, est assumée…

C‘est aussi qu’elle est due aux nombreuses absences et aux blessures. Ugo et le staff essayent de trouver des arrangements. Nous avons des principes par profils de joueurs mais, derrière cela, nous sommes assez libres et devons être capables de nous adapter à plusieurs situations. C’est un système un peu différent des autres clubs, où c’est peut-être plus structuré.Cela réclame une certaine polyvalence.

Comment jugez-vous ce début de saison ?

Il est plutôt bon.La défaite à Pau a été une piqûre de rappel mais, sur le plan comptable, c’est très positif. Comme le staff le répète souvent, Toulouse était aussi premier l’an dernier à cette période, et même invaincu. À la fin, le but est de ramener un titre, et d’être présent sur les deux tableaux.Nous sommes forcément contents aujourd’hui mais il faut rester tranquille et posé pour poursuivre cette série.

À titre personnel, vous enchaînez…

J’en suis heureux, comme je le suis de jouer dans ce club incroyable. Je me sens bien dans ce groupe, dans le système et la façon de fonctionner. Je suis plutôt frais car je suis arrivé en forme cet été.

Êtes-vous en train de franchir un cap ?

Honnêtement, je ne me pose pas de question.Je vis le moment présent et je m’éclate. Ici, plus qu’ailleurs, le jeu en lecture, de mouvement et de passes est quelque chose dans lequel je me retrouve. Parfois, il y a du déchet, et j’en ai eu sur ce match, mais je joue et je tente. Je préfère ça plutôt que de ne rien faire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Propos recueillis par Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?