Racing 92 : et si Finn Russell prolongeait finalement ?

  • Et si Finn Russell prolongeait finalement ?
    Et si Finn Russell prolongeait finalement ?
Publié le

Dans le microcosme, la question du futur ouvreur du Racing 92 fait beaucoup causer. Les dossiers Jalibert et Barrett étant aujourd’hui en stand-bye, la possibilité d’une prolongation de Finn Russell est même sérieusement étudiée…

L’équation est simple et a déjà largement agité notre petit monde, ces dernières semaines : qui sera donc l’ouvreur du Racing 92 la saison prochaine ? Ici, deux pistes ont été maintes fois évoquées et menaient le plus souvent à Beauden Barrett (31 ans), la star des All Blacks, et Matthieu Jalibert (23 ans), le génie incompris de l’Union Bordeaux-Bègles. Si les dirigeants franciliens n’ont jamais caché s’être intéressés à ces deux joueurs, il semblerait néanmoins qu’aujourd’hui, les négociations soient au point mort. D’abord, le Racing 92 considère qu’à un tarif estimé à un peu plus d’un million d’euros par saison, l’option Barrett risquerait de dérégler l’équilibre que le club tente d’imposer à sa masse salariale : si "Beaudy", élu meilleur joueur du monde à deux reprises (2 016 et 2 017), débarque dans les Hauts-de-Seine l’an prochain, il faut ainsi prendre en compte qu’il occupera à lui seul un dixième de la masse salariale du club, dans un effectif professionnel comptant pourtant près de trente-cinq individus. Dès lors, à moins que l’élégant Beauden ne fasse un gros sacrifice financier, on voit mal comment il pourrait s’installer dans le 92 après le Mondial.

Jalibert, vous dites ? Il intéresse aussi beaucoup les dirigeants franciliens et ne serait pas contre le fait de quitter l’Union Bordeaux-Bègles et rejoindre Cameron Woki, l’un de ses plus proches amis. Le problème, c’est que Mathieu Jalibert est sous contrat en Gironde jusqu’en 2025 et que son entourage n’a pour l’instant proposé qu’un engagement fixe de cinq ans aux dirigeants du club des Hauts-de-Seine, lesquels se sentent un peu pris au piège par une telle durée d’engagement. En début de semaine, un acteur du dossier nous confiait : "Tout ça nous refroidit quelque peu. Et puis, n’oublions pas que nous avons sous la main un très bon ouvreur et que la décision finale reviendra à Stuart Lancaster et à lui-seul".

"Le voyage n’est pas terminé"

Au sujet du futur ouvreur du Racing 92, une autre voie s’est donc récemment ouverte ces dernières semaines et celle-ci conduit tout droit vers Finn Russell (30 ans), en fin de contrat dans les Hauts-de-Seine, où il vient de passer les cinq dernières années de sa vie. Récemment, la cote de l’Ecossais est remontée en flèche aux yeux des dirigeants Ciel et Blanc, le joueur semblant avoir compris quels efforts il devait fournir sur les plans physique ou stratégique ; surtout, lui se verrait bien poursuivre l’aventure en France. "Êtes-vous vraiment sûr que je vais partir ? nous disait-il la semaine dernière. Mon agent vient passer quelques jours en France pour discuter de ma situation. Rien n’est encore vraiment réglé. […] J’aime la France, je profite de chaque minute ici et je ne sais pas si je veux que ça s’arrête. J’ai appris le français et depuis, mon expérience de la vie de tous les jours n’est plus du tout la même. À mes yeux, le voyage n’est pas terminé." Et si, contre toute attente, le futur entraîneur du Racing Stuart Lancaster décidait de relancer Finn Russell, que l’on a toujours considéré comme le meilleur animateur d’Europe ? À ce jour, c’est cette option plus que les deux autres qui semblent en tout cas tenir la corde…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?