Oyonnax affirme son statut de leader en s'imposant à Béziers

  • Les Oyonnaxiens de Rory Grice se sont imposés en patrons à Béziers.
    Les Oyonnaxiens de Rory Grice se sont imposés en patrons à Béziers. MAXPPP - Thibaut CLARIOND
Publié le

En signant son premier succès à l’extérieur face à Béziers, Oyonnax envoie un message à la concurrence tout en consolidant sa place de leader du championnat.

D’emblée sur cette rencontre et son inauguration, la vitesse d’exécution frappait aux yeux. Les Oyomen démontrant, une nouvelle fois, leurs qualités reconnues dans les transitions et des lancements d’une fluidité incomparable. Le ton était donné, sur l’aspect tactique, en voulant déplacer les Biterrois, mais également dans les combinaisons proposées où la palette technique globale fut de belle facture. Indispensable quand un leader lorgne une victoire loin de ses bases. Après les constats d’usage, Joe El Abd le manager d’Oyonnax, pouvait afficher un sourire circonstancié et malicieux : «Nous avons fait preuve de maîtrise dans notre rugby. Notamment en seconde période, où nous avons contenu l’adversaire. Mais gagner à Béziers valorise la soirée en gagnant ce succès enfin à l’extérieur et nous en sommes vraiment satisfaits.» Dans ce duel où l’intensité physique fut prédominante, ce fut un test concluant, il poursuit : «Les Biterrois ont évolué dans leur jeu, avec cette participation des jeunes qui amènent des choses. Mais l’ADN de ce club, c’est le combat, et je pense que nous avons disputé un match de qualité dans ce registre.»

Avec d’immenses opportunités près de la ligne, les Oyonnaxiens auraient pu corser l’addition avec une pointe de réalisme sur la dernière passe ou le mètre supplémentaire à parcourir. Pas de quoi dévier une seule seconde Oyonnax Rugby de son objectif.

Une application significative

D’autant qu’en seconde période, un changement de rythme fut imposé, le jeu au pied d’occupation fut répétitif et les nombreuses pénalités au sol récoltées, le fruit d’un déplacement près des zones de rencontres, récité à la perfection. Épatant, l’ouvreur Justin Bouraux fut impliqué dans cette gestion teintée de justesse et d’efficacité, il raconte : «Il fallait s’adapter au vent qui soufflait. Avec son appui dans le deuxième acte, l’organisation de notre jeu s’est modifiée. On a gardé à distance les Biterrois et on a pu se mettre à l’abri.» Prévu comme 24e sur la feuille de match, après le forfait de Julien Soulan à la dernière minute, le jeune espoir jubile : «Je suis très heureux pour l’équipe, on a tenu nos engagements. Gagner à Béziers, tout le monde ne le fera pas. C’est donc une bonne chose d’avoir ouvert notre compteur à l’extérieur ici, et on doit persévérer dans cette envie collective.» Fringant leader qui cherchait cette référence manquante, Oyonnax aura à sa disposition deux réceptions consécutives (Carcassonne et Rouen) pour asseoir son autorité sur la compétition. Le mot de la fin pour Joe El Abd : «On avait besoin de garder les pieds sur terre après Vannes. Maintenant, on va tenter de faire preuve de continuité et d’enchaîner surtout avant de parler de quoi que ce soit." La voie demeure royale et pourrait dicter cette édition pour une formation d’Oyonnax complète sur toutes les lignes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?