XV de France féminin - Le travail en mêlée a payé pour les Bleues

  • La mêlée tricolore s'est refait une beauté face à l'Italie.
    La mêlée tricolore s'est refait une beauté face à l'Italie. PA Images / Icon Sport
Publié le

Souvent sanctionnée par le passé alors qu’elle semblait dominante, la mêlée tricolore a récolté les fruits de son travail en redorant son image auprès du corps arbitral.

Qu’y a t-il de plus valorisant ou de pluis jouissif pour un paquet d’avants que d’avancer en mêlée fermée, sentir le pack adverse se désarticuler, et voir l’arbitre courir entre les poteaux en levant le bras pour signaler la marque d’un essai de pénalité ? Rien. Les Bleues du XV de France ont eu la chance de goûter à ce plaisir intense juste après l’heure de jeu quand, à cinq mètres de la ligne italienne, l’axe gauche du pack italien vola littéralement en éclats : « Quand on marque un essai de pénalité comme ça, ça donne beaucoup d’énergie pour la suite », reconnaissait le sélectionneur-entraîneur des trois-quarts Thomas Darracq.

En effet, c’est après ce coup de tonnerre que les Bleues ont inscrit trois essais supplémentaires, et définitivement assommé les Italiennes. Et cette joie fut d’autant plus intense pour les Bleues qu’elle ressembla à une libération après des mois et des mois de galère : « On avait demandé des éclaircissements après les matchs de préparation contre l’Italie, car nous avions été beaucoup sanctionné, notamment lors du deuxième match. Ce fut aussi le cas pendant le Tournoi, malgré une mêlée dominante, rappelait Darracq. On avait beaucoup échangé avec le corps arbitral pour expliquer que c’est un point fort de l’équipe de France. Ce soir, on voulait montrer qu’on avait progressé sur cette notion de maîtrise. Je suis très heureux du travail mis en place par Gaëlle (Mignot) et David (Ortiz). »

Le calvaire de Turani

Darracq soulignait aussi la profondeur de son groupe : « On a la chance d’avoir neuf première ligne de grande qualité dans ce groupe, et aujourd’hui il y en avait six qui ont fait gros travail. » Déjà en difficulté contre Clara Joyeux, la pilier gauche italienne Silvia Turani a vu son cauchemar se prolonger avec l’entrée d’Assia Khalfaoui à la 52e minute.

Neuf minutes plus tard, elle s’effondrait sous la pression de la Girondine, avant d’écoper d’un carton jaune à la 66e minute. De l’aile de sa mêlée bleue, Marjorie Mayans a apprécié le spectacle : « Le cinq de devant et les filles qui sont entrées ont fait un taf incroyable. Elles ont été hyper-dominantes, tout en restant très disciplinées. C’est vraiment un point à garder. On sait qu’on a une grosse mêlée, qu’on a des premières et des secondes lignes qui sont très costaudes et très bonnes techniquement.  De bon augure avant d’affronter les Black Ferns, qui avaient justement montré quelques signes de faiblesse dans ce secteur lors de phases de poule, contre les Galloises…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?