Top 14 - L'opinion du Midol : Laurent Travers (Racing 92) pas content

  • Laurent Travers a dû donner de la voix à la mi-temps de Racing 92 - Perpignan
    Laurent Travers a dû donner de la voix à la mi-temps de Racing 92 - Perpignan Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Sur le papier avouons le, ce Racing – Perpignan laissait imaginer un match tranquille pour les Racingmen, désireux d'enchaîner après le succès à Brive du week-end dernier. Personne n’en aurait alors voulu aux Catalans de passer à côté dans un match où Patrick Arlettaz avait logiquement fait tourner son effectif. Le maintien se joue à domicile et l’Usap avait fait le travail il y a une semaine face au Lou. Comme beaucoup soyez en certain, on s’est fichtrement trompé. La première période fut cauchemardesque pour les Racingmen, complètement à côté de leurs pompes, à l’image d’un Camille Chat inexistant ou d’un Antoine Gibert, préféré à Finn Russell, qui a souffert de la comparaison avec Tristan Tedder en face. Bref à la pause, le Racing était mené, à domicile, par un promu sans complexe. Nous n’étions pas dans les vestiaires mais Laurent Travers n’a pas dû y aller avec le dos de la cuillère. Son discours restera dans l’intimité du groupe mais les actes sont là : dès la reprise, six Racingmen ne faisaient pas leur retour sur le terrain synthétique de la Paris La Défense Arena. Exits Chat, Alo, Kolingar, Hemery, Gelant, Gibert. Six changements dès la mi-temps, fait assez inhabituel pour le manager francilien. Son coaching fut payant. Il n’y a qu’à voir le récital de Finn Russell, absent avec la sélection écossaise pour la tournée de novembre, mais si précieux pour le Racing, grâce à sa science du jeu, son talent, et sa capacité à entraîner l’ensemble de l’équipe à son niveau. Les six pointés du doigt ne sont pas les seuls fautifs mais ils perdent forcément du crédit pour le staff. « Parfois il faut provoquer des choses, justifiait Philippe Doussy en conférence de presse. Ça a été bénéfique, donc il n'y a aucun problème ».

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Paul Arnould
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?