Féminines : Les Bordelaises, fans de l’Union

  • Sans une dizaine d’internationales, les Lionnes participent à la Coupe de France. Maïlys, Louise, Maewen, Margot, Clémence (de gauche à droite) et leurs coéquipières ont croqué le Lou et les Lilloises. Photo Didou
    Sans une dizaine d’internationales, les Lionnes participent à la Coupe de France. Maïlys, Louise, Maewen, Margot, Clémence (de gauche à droite) et leurs coéquipières ont croqué le Lou et les Lilloises. Photo Didou
Publié le

Armées comme jamais, leur pack consolidé, les Lionnes se veulent conquérantes. Mais une ultime étape reste à franchir.

L’ambiance était à la décontraction sur la terrasse du club house du Stade bordelais. La jeune femme à nos côtés est pharmacienne à Bruges en banlieue bordelaise. Invitée à assister pour la première fois à la soirée de lancement de la saison des féminines du Stade bordelais, elle a apprécié l’ambiance chic et conviviale du moment, la qualité des nombreux invités, partenaires et autres, la disponibilité des Lionnes et de leur staff, le manager Florent Torregaray en figure de proue, mais aussi le charisme des présidents Laurent Treuil (absent à la soirée), Guy Accoceberry et Patrick Laporte à la tête d’une équipe de dirigeants remarquables, dont notamment les Gégé Herbeck, Michel Barjou ou Éric Giglio. La pharmacienne ne cache pas son plaisir et dès lors, nous imaginions la maman, séduite, suggérant à sa fille de treize ans et pratiquant le football d’aller faire un tour du côté des rugbywomen. Juste pour voir. Car la tenue de cette épatante soirée était bien de nature à marquer les esprits, alimentée par la présentation d’un impressionnant collectif de joueuses à fort potentiel. Songez que ce soir là, manquaient à l’appel dix éléments engagés sur le front néo-zélandais de la Coupe du monde. Cinq filles pour la France, quatre pour le Canada et une pour l’Écosse.

Le titre : un objectif crédible

Et à cette constellation nous devons ajouter cinq joueuses labellisées France XV, France 7 et Académie olympique. Ainsi que de nombreuses Espoirs et cadettes promises à un bel avenir. Dès lors, la quête d’un titre national affichée publiquement par les dirigeants mais sans la moindre prétention, relève d’un objectif crédible. Cependant, les Lionnes de doivent pas gâcher leur marge de progression. Guy Accoceberry et Patrick Laporte l’ont clairement exprimé, le développement du club passe par une intégration au sein de l’UBB qui accueille déjà les Bordelaises en son centre d’entraînement le mardi soir. Jean-Baptiste Poux est à leur disposition dans son domaine de compétences. Florent Torregaray et l’ensemble des techniciens se réjouissent de ce rapprochement. L’histoire est en marche, le 22 janvier 2023, la rencontre des Lionnes face au Stade toulousain devrait être organisée en baisser de rideau du rendez-vous européen UBB - Gloucester. Avant une nouvelle opération de prestige le 26 février.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gérard PIFFETEAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?