Couilloud : « C’est la place que j’ai envie d’avoir »

  • Couilloud : « C’est la place que  j’ai envie d’avoir »
    Couilloud : « C’est la place que j’ai envie d’avoir » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Juste avant le déplacement à Massy, Barnabé Couilloud, demi de mêlée du Biarritz olympique fait le point sur les objectifs fixés à l'aube de ce troisième bloc. 

Nous avions quitté le BO sur une victoire. La trêve a-t-elle fait du bien, ou auriez-vous aimé enchaîner ?

Elle a fait du bien pour les organismes, car on sentait que ça commençait à tirer, physiquement, pour certains mecs. Nous aurions peut-être voulu enchaîner, car nous sortions d’une performance assez aboutie face à Aurillac, mais nous n’avons coupé que quatre jours pendant la trêve. Ça nous a permis de rester concentrés avant Massy.

Le BO est sur courant alternatif depuis le début de la saison. Que vous manque-t-il pour enchaîner ?

Quand on sort d’une bonne performance, généralement, le week-end après, nous sommes moyens. Si on arrive juste à enchaîner deux ou trois victoires, ça peut nous mettre dans une dynamique très positive. Je pense que nous avons besoin de confiance car sinon, au niveau du jeu, nous sommes plutôt en place.

Qu’attendez-vous de ce troisième bloc ?

Nous allons rentrer dans le rugby d’hiver, ça va être différent, il va falloir s’adapter aux conditions et voir si nous sommes aussi capables de jouer avec du vent, de la pluie, des terrains gras.

Jusqu’ici, vous jouez un rugby plus axé sur le mouvement que le défi physique. Est-ce compatible avec l’arrivée de l’hiver ?

On joue avec la qualité des joueurs qu’on a. Notre ligne de trois-quarts n’est vraiment pas la plus solide du championnat. Nous sommes obligés de jouer un rugby de mouvement, de mettre les équipes en difficulté en déplaçant le ballon sur le large. Nous arrivons à le faire avec des conditions difficiles. Après, s’il faut passer par de la dépossession et du jeu au pied d’occupation, il faudra savoir s’adapter.

Sur ce bloc, vous allez jouer contre les promus, à commencer par Massy ce week-end…

On s’attend à un match très compliqué. C’est toujours très délicat d’aller chez un promu, car il joue sa vie à la maison. Nous savons que ça va taper très fort, car Massy a la caractéristique d’être très solide devant.

Personnellement, que pensez-vous de votre début de saison ?

Je me suis trouvé plutôt à l’aise sur le terrain. J’ai été satisfait de ce que je faisais, même s’il y a beaucoup de choses à améliorer. J’ai joué beaucoup de matchs, mais j’ai été à plusieurs reprises remplaçant. Ce qui a été frustrant, c’est d’enchaîner quatre feuilles sur le banc, mais c’est le sport. Nous sommes tous compétiteurs, nous avons envie de démarrer les rencontres et de les jouer le plus longtemps possible. Mais c’est aussi ce qui permet d’installer une concurrence saine et de tirer tout le monde vers le haut. Il y a des périodes où tu es numéro un. D’autres où tu es numéro deux. Il faut s’adapter et savoir être le meilleur à chaque fois que tu es sur le terrain.

L’an dernier, vous aviez fait part de votre envie de prendre du leadership dans le groupe. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Cette saison, je sens que j’ai une place un peu plus importante. Malgré mes 23 ans, je commence à avoir un certain statut au sein du club. C’est ma quatrième saison, j’ai joué plus de quatre-vingts matchs, donc les mecs m’écoutent plus. C’est la place que j’ai envie d’avoir dans ce club. Maintenant, j’ai envie d’enchaîner et aujourd’hui, les cartes sont entre mes mains, pour que je me maintienne à ce poste de titulaire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?