L’équation des neuf

  • En l’absence d’Antoine Dupont, suspendu, Maxime Lucu fêtera sa troisième titularisation à la mêlée. Le Bordelo-Béglais n’a toujours pas connu la défaite en dix sélections. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    En l’absence d’Antoine Dupont, suspendu, Maxime Lucu fêtera sa troisième titularisation à la mêlée. Le Bordelo-Béglais n’a toujours pas connu la défaite en dix sélections. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany - Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Avant de se raviser, le staff s’est posé la question de faire débuter Baptiste Couilloud face au Japon, ce qui aurait fait de Maxime Lucu un spécialiste des fins de match. Cette question poste la question de la hiérarchie à certains postes spécifiques. Existe-t-il des joueurs faits pour être remplaçants ?

À la fin de France – Afrique du Sud, il nous est apparu par réflexe, comme une évidence, que Maxime Lucu allait débuter la rencontre suivante, puisqu’Antoine Dupont était automatiquement suspendu pour le match suivant après son carton rouge. Mais selon nos informations, en début de semaine, le staff s’est posé la question de maintenir le Bordelo-Béglais en position de remplaçant, de «finisseur» comme on dit maintenant et de faire débuter Baptiste Couilloud face au Japon. Ceci pose une équation, doit-on considérer des joueurs comme des spécialistes de la fin de match ? Des sortes de remplaçants professionnels ? Après tout, ne serait-ce pas un atout des entraîneurs modernes dans un rugby qui se joue à 23 ?

Aubin Hueber, ancien numéro 9 international, ancien demi de mêlée international (23 capes, 1990-2000), ne repousse pas cette idée, loin de là.

« Oui, en tant que coach, je trouve ça louable. Mais pour l’ego, je reconnais que c’est plus difficile… Tout le monde aime débuter. Mais avec les moins de 20 ans, nous avons testé cette solution. Le terme finisseur c’est nous qui l’avons introduit. « Pour lui, cette conception correspond au principe que tous les joueurs n’ont pas les mêmes aptitudes : « Surtout à un poste où nous avons tellement de talents. Avec les moins de 20 ans, nous avions travaillé spécifiquement les fins de match. On avait ciblé le fait que certains joueurs supportaient mal la pression des débuts de match, d’autres étaient plus aptes à le finir. Évidemment, tout ça doit être décidé bien en amont. »

Hueber : « Mentalement, ce n’est pas facile d’entrer dans un match »

Pour lui, les dix, quinze ou vingt dernières minutes sont un monde en soi. « Mentalement, ce n’est pas facile d’entrer dans un match. Certains vont avoir tendance à paniquer. D’autres ont des qualités de sang-froid. Un remplaçant arrive parmi des joueurs fatigués, adversaires ou partenaires. Parfois, je demandais au finisseur d’accélérer en jouant des pénalités et des coups francs rapidement. D’autres fois, je demandais de temporiser ou de jouer au pied. » De loin, l’ancien Toulonnais imagine un Lucu plein de sang-froid, capable d’entrer très vite dans un match. « À l’ouverture, je sens Jalibert moins fait pour le rôle de finisseur, car il aura tendance à trop vouloir prouver. » Pour en revenir au numéro 9, il comprendrait ce qui aurait poussé à une titularisation de Couilloud : « Par son explosivité, il a un peu le profil de Dupont, capable de s’échapper au ras ou de mettre des raffuts. »

Autre ancien international, Guy Accoceberry (19 sélections entre 1994 et 1997), a un avis plus mitigé : « Être finisseur, ce n’est peut-être pas une vérité. Je préfère penser qu’on puise dans un panel qui comporte des joueurs avec des qualités différentes selon le jeu qu’on veut pratiquer. Évidemment, pour les ego, être toujours remplaçant, c’est dur. Mais pour les joueurs actuels, c’est différent de ce que j’ai connu. C’est devenu leur travail, ils reçoivent aussi plus d’explications que nous en recevions, les staffs sont plus complets. Je pense finalement que cette question de l’ego rentre moins en ligne de compte. Mais j’en reviens à la qualité du joueur. Pour moi, demi de mêlée c’est un poste global. En général, un numéro 9, c’est l’animateur d’un groupe. Cataloguer un gars réserviste, c’est quelque part réduire son champ d’action. C’est l’empêcher de s’exprimer. »

Pierre Berbizier a non seulement été international mais aussi sélectionneur du XV de France entre 1992 et 1995. Il a vécu les deux côtés de la barrière internationale : « Je suis favorable à une hiérarchie, mais pas ad vitam aeternam. Elle doit être redéfinie de temps à autre. Je pense que Dupont est actuellement incontestable en numéro 1. Mais il faut comprendre que les joueurs sont préparés mentalement à entrer, ce qui n’était pas le cas à mon époque. Nous avions peu de chances d’entrer en jeu quand nous étions remplaçants. Et faire un remplacement, c’est évaluer deux performances en fonction du moment où il se produit. Plus le remplaçant entre en jeu tôt, plus c’est le signe qu’on compte sur lui. »

On sent l’ancien demi de mêlée des années 80 plutôt partisan de faire monter le numéro 2 à la première place, dans un certain souci de logique. « Je n’ai pas tous les éléments pour analyser les qualités de Lucu. Mais je me dis : pourquoi ne pas le juger en position de titulaire ? Ce serait l’occasion d’évaluer ses qualités de meneur d’hommes. C’est important parce qu’en débutant à la mêlée, il peut intervenir sur le jeu, mais aussi sur les hommes. Je pense qu’un remplaçant ne peut guère intervenir que sur le jeu en soi. Le fait de faire débuter Maxime Lucu serait à mon sens une bonne occasion de le juger sur toutes les facettes de son poste. Je sais qu’il a déjà été titulaire l’été dernier mais ça conforte mon opinion, surtout face au même adversaire. Ne pas le faire débuter en l’absence de Dupont, c’est l’obliger à se poser des questions. On aura du mal à lui donner des réponses, alors il aura ses réponses à lui et ça générera de la frustration. Même s’il ne le dira pas. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?