Baa-Baas : un ch’ti match pas comme les autres

  • Le Toulousain Alexandre Roumat retrouve ce week-end le maillot des Barbarians. Présent lors de la défaite aux Etats-Unis l’été dernier, le troisième ligne n’a rien oublier et fait partie de ses joueurs qui pensent à une revanche face aux Fidjiens. Photo M. O. - D. P.
    Le Toulousain Alexandre Roumat retrouve ce week-end le maillot des Barbarians. Présent lors de la défaite aux Etats-Unis l’été dernier, le troisième ligne n’a rien oublier et fait partie de ses joueurs qui pensent à une revanche face aux Fidjiens. Photo M. O. - D. P.
Publié le

Réunis depuis lundi à Lille, les Baa-Baas n’ont pas dérogé à la tradition et ont partagé, entre deux entraînements, de chouettes moments, avec pour objectif de barrer la route aux Fidjiens.

Un match des Barbarians n’est jamais un rendez-vous comme un autre. Allez donc poser la question à tous ceux qui ont un jour eu la chance de porter les couleurs mythiques de ce club si particulier. Lundi dernier, Maxime Machenaud, nommé capitaine en remplacement de Mathieu Bastareaud, forfait de dernière minute, a découvert à Lille ses partenaires de circonstances. Mais pas seulement. Il a aussi touché du doigt "l’esprit Baa-Baas". "C’est une semaine particulière, dit-il avec le sourire. Ça fait partie du truc." Et quoi de mieux qu’un bon dîner pour apprendre à se connaître. Rendez-vous a été pris dans un restaurant typique du Nord. Au menu : de la welsh. "C’est un pain imbibé de bière avec une couche de jambon et du cheddar fondu", détaille l’ancien international. Une recette à mettre Thibault Giroud, le directeur de la performance du XV de France, en position latérale de sécurité. "Je peux vous dire que moi, qui fait habituellement attention à tout ce que je mange, je suis vraiment sorti de ma zone de confort, rigole Machenaud. Je ne ferai pas des repas comme ça tous les jours. Mais c’était très bon. Et, il faut aussi savoir lâcher la bride. La préparation est évidemment différente de ce que l’on connaît au quotidien mais franchement, ça fait du bien de casser notre routine."

"Il y a beaucoup d’affect qui se crée entre nous, reprend le demi d’ouverture rochelais Pierre Popelin. Nous n’aurons pas le système de jeu le plus élaboré, c’est impossible en trois jours. Mais tous ces petits moments partagés, dans le bus à raconter quelques saucisses, au restaurant à partager un bon repas, seront précieux quand on sera dans le dur sur le terrain."

Popelin : "j’ai souvent pris des déculottées"

Alors, pour souder un groupe en quelques jours, les Barbarians ont aussi eu l’idée de s’imprégner de la culture locale. Mardi après-midi, direction la micro-brasserie Célestin, située dans le cœur historique de Lille, pour une dégustation de bières locales. "Nous en avons bu trois ou quatre mais les gars ont été raisonnables", souligne Christian Labit, l’entraîneur des Baa-Baas pour cette rencontre avec Frédéric Charrier (UBB). "La finalité de cette semaine, c’est ce match de rugby de très haut niveau contre les Fidji, rappelle tout de même Maxime Machenaud. Il faut que tout le monde en soit conscient. Évidemment, c’est important d’avoir une bonne cohésion qui passe par des moments de partage, de convivialité. Mais n’oublions pas la finalité."

En bon capitaine, le cornac bayonnais fixe le cap. Et le message passe bien. "Les Fidji, je les ai souvent affrontés à VII et j’ai souvent pris des déculottées, se souvient Pierre Popelin. Alors, c’est vrai, on déconne un peu entre nous, nous passons de bons moments mais on sait tous qu’un match important nous attend. Il n’y a aucun doute : on va se mettre en travers des Fidjiens samedi. Surtout que je sens que la défaite à Houston l’été dernier contre les Etats-Unis est encore dans les têtes. Que ce soit "Lolo" (Pardo, N.D.L.R.), Denis (Charvet), Christian (Labit) ou Fred (Charrier), ils mettent tous l’accent dessus." Et le Rochelais de conclure : "On verra bien si ça passe ou ça casse. Mais j’y crois." Sans doute, l’effet Baa-Baas.

 

La composition des Barbarians

15. Bielle-Barrey (Bordeaux-Bègles) ; 14. A. Bonneval (Toulouse), 13. Parisien (Lyon), 12. Tauzin (Toulouse), 11. Nakaitaci (Lyon) ; 10. Barré (Stade français), 9. Machenaud (cap.) (Bayonne) ; 7. Zegueur (Pau), 8. A. Roumat (Toulouse), 6. Tixeront (Clermont) ; 5. Kornath (Castres), 4. Tanguy (Toulon) ; 3. Azar (Castres), 2. Tarrit (Racing 92), 1. Bibi Biziwu (Clermont).

Remplaçants : 16. Velarte (Perpignan), 17. D. Brennan (Brive), 18. Joly (Perpignan), 19. Maximin (Pau), 20. Le Corvec (Toulon), 21. Pélissié (Lyon), 22. Popelin (La Rochelle), 23. Smaïli (Toulon).

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?