Top 14 - Le CO en phase de soin à Pierre-Fabre

  • Julien Blanc et le Castres olympique sont tenus de relever la tête après la déroute subie à La Rochelle.
    Julien Blanc et le Castres olympique sont tenus de relever la tête après la déroute subie à La Rochelle. MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Corrigés par La Rochelle le week-end dernier, les Castrais sont à la relance face à Pau. Un match capital pour ne pas casser la dynamique à domicile avant la fenêtre européenne.

Sèchement battu à La Rochelle, le Castres olympique a subi, samedi dernier, sa deuxième défaite consécutive après le revers essuyé à Lyon quinze jours plus tôt. C’est la première fois de la saison, et la première fois depuis novembre 2021 (défaites à Lyon puis à Montpellier) que les Tarnais n’avaient pas connu deux revers coup sur coup.

Si perdre à La Rochelle chez le champion d’Europe en titre, n’a rien d’infamant, l’ampleur du score (53-7) interpelle un peu. Le capitaine Mathieu Babillot attendait beaucoup de cette semaine de travail pour que ses coéquipiers rebondissent : "Les petits enfants baissent la tête et ne font pas de bruit mais les hommes assument et se mettent face à leurs responsabilités. On va analyser, se dire les choses, se mettre un coup de pied au derche. Ça fait du bien, des fois, de prendre des tartes. Ça permet de se corriger individuellement, de se corriger collectivement et de repartir au travail. Forcément que tu es touché quand tu en prends 50… Le plus dur, c’est de switcher. Tu as deux choix : soit tu baisses la tête et tu continues, soit tu l’encaisses et tu essayes de réagir. On aura un gros défi dimanche encore à la maison et le meilleur moyen de se remettre la tête à l’endroit, c’est de faire une grosse semaine - précise - avec de la justesse pour bien recevoir cette équipe de Pau."

Kockott s’est entraîné !

La (petite) incongruité de cette semaine d’entraînement ? Elle réside dans le retour aux affaires au poste de numéro 9 de Rory Kockott pour animer les ateliers. L’entraîneur en charge de la défense a rechaussé les crampons et renfilé une chasuble pour le bien de la cause et pour suppléer Santiago Arata, qui n’a pas pu s’entraîner cette semaine la faute à une cheville douloureuse. Cette absence ajoutée à celle de Jérémy Fernandez, opéré d’un genou et absents pour de longs mois, a nourri en début de semaine une folle rumeur : celle d’un retour de Kockott sur les feuilles de match en pompier de service en qualité de joker médical a agité le Levézou, cela relève du fantasme. Sauf cataclysme, Rory Kockott ne devrait pas rejouer, le club disposant toujours de deux demis de mêlée professionnels aptes à jouer en la personne de Julien Blanc et Gauthier Doubrère.

Les Tarnais ont un besoin impératif de remporter ce match face à Pau, pour entretenir leur dynamique à domicile (26 matchs sans défaites depuis décembre 2020) mais aussi et surtout pour se rassurer avant la fenêtre européenne (réception d’Exeter, puis déplacement à Édimbourg). En Top 14 et d’ici la fin de l’année, le CO ira aussi à Toulouse pour le Boxing Day et recevra le Racing 92. Un menu de fête très copieux qui doit aider l’actuel douzième du classement à se replacer aux abords de la zone de qualification.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?