L'édito : le fantasme Christophe Urios

  • Top 14 - Christophe Urios (UBB)
    Top 14 - Christophe Urios (UBB) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'édito du vendredi par Léo Faure... Un message qui tombe, pas plus tard que mercredi, sur ce diable de téléphone qui n’en finit jamais de sonner et où tient toute la vie professionnelle d’un journaliste. « Alors, Urios, il va où ? » Comment ça, « Urios, il va où ? » à ma connaissance, nulle part encore. Et d’ailleurs, nulle part tant qu’il n’aura pas, au moins, réglé les derniers détails contractuels de son départ de Gironde. Calmons-nous, un peu de patience. « J’en sais rien, moi, où il va. Et toi, tu le sais ? » « Ah non, simple question. » Encore un curieux, pas vraiment un informateur.

Le sujet n’est pas qu’anecdotique, parce qu’il se répète. Urios libre, sur le marché, cela ressemble vite à une hérésie. Malgré sa récente éviction des rangs de l’UBB, le manager du Minervois garde une cote de popularité au plus haut. Une cote de fantasme, aussi.

Tour à tour, et quelques jours seulement après qu’il a été écarté des affaires girondines, on a entendu son nom traîner dans l’entourage de Brive, qui venait justement de se séparer de son homme fort Jeremy Davidson, et qui chercherait là un homme plus fort encore. On nous l’a évoqué comme « une idée, plus qu’une information », à Montpellier, où le staff en place vient pourtant de transformer la somme des talents égotiques en un collectif de champions de France, pour la première fois de l’histoire du club. À Clermont, où les résultats du renouveau se font attendre mais où Jono Gibbes semble pourtant optimiser 100 % d’un effectif pas taillé pour grand-chose de plus. À Pau aussi, où le travail de Sébastien Piqueronies ne semble pourtant pas souffrir de beaucoup de contestation. Un peu partout, en clair, où il y a de la tension, des résultats en berne ou simplement une envie de changement. Et pourquoi pas Bordeaux ? On blague.

Urios, c’est un personnage d’Audiard. Le vieux sage qui parle aux jeunes cons. Il en a la gueule et la gouaille. C’est tout à la fois Lino Ventura dans "Les Tontons flingueurs" et Jean Gabin dans "Un singe en hiver". Des personnages à la brutalité ronde du propos, qui intriguent et fascinent. Pour alimenter cette flamme du désir et de la curiosité, jamais mieux servi que par lui-même, le natif de Montpellier a déjà fait savoir qu’il comptait "trouver un banc en juin, pour la saison prochaine."

De façon plus pragmatique, pour les présidents et supporters de club, il y a l’antériorité des résultats qui excite. Urios est l’homme qui a fait d’Oyonnax un Européen, de Castres un champion et de Bordeaux-Bègles un demi-finaliste. Avec une méthode à chaque fois bien affirmée : les hommes avant le jeu ; le management avant la technique ; le combat d’abord, les paillettes ensuite. Un discours de la méthode qui ne colle pas à tous les contextes, et peut-être pas à Bordeaux où la séduction n’est pas qu’une affaire de résultats.

Le portrait-robot du candidat idéal à la prise en main de tous vos clubs ? Pas si simple. Si son discours fascine, il use aussi ses entourages. À Bordeaux, comme avant lui Etcheto-Delpoux « les révolutionnaires », Ibanez « l’avant-gardiste » ou Rory Teague « la pépite », Urios « le meneur d’hommes » a d’abord été encensé. Résultats immédiats à l’appui. Avant de perdre le fil, de brouiller le lien avec ses joueurs et ses dirigeants. Jusqu’à prendre la porte de sortie. Cette fois, c’est Bordeaux qui l’a usé.

Ses aventures à Castres et Oyonnax s’inscrivent sur une scénographie similaire, pas franchement terminées sur l’air des louanges. Le temps altère parfois sa magie. Mais tout cela, le très pressé rugby professionnel n’en a cure. Il faut gagner vite et séduire beaucoup. Ça, il sait faire. « Alors, Urios, il va où ? »

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
leBison Il y a 1 mois Le 27/12/2022 à 16:50

Je ne me fait aucun souci pour *Christophe Urios* . Il n'aura même pas besoin de trop bouger , rassurons nous , on viendra le chercher . Et oh combien déjà , son téléphone doit sonner à des moments bien souvent . Tout le monde sait qu'il se cache derrière lui un énorme talent de meneur d'hommes accompli . Pour le moment il est surtout lié à sa deuxième passion , son oenologie sacrée , son nectar , son " Château Pépusque" du Minervois . Et qui plus est , c'est tout en son honneur . Il aura marqué le coeur de tous les Oyomens et peut être bien également des Castrais . Que l'on aime ou pas , ici en tous cas dans le *Haut-Bugey* , on l'aime , on l'adule plus que jamais , il restera le très grand homme que l'on oubliera jamais . Respect Christophe !... Et surtout reviens nous vite nous animer une belle équipe du TOP14 . Celle que tu sauras choisir au goût du talent que tu as sans cesse toujours su représenté jusqu'à présent . Cela te manque énormément , nous le savons tous !.. Tu va nous revenir encore plus fort , car ce moment de repos et de recul t'aura fait de toute probabilité , le plus grand bien !.. A très vite Coach !..

bigou65 Il y a 1 mois Le 03/12/2022 à 22:27

très bel article !

versladouche Il y a 1 mois Le 02/12/2022 à 12:12

Vraiment un bon article, un bon texte, intelligent et fin. Je partage.
Mais, remarque, ce texte vaut également pour d'autres personnages, dans d'autres activités. Certaines sont en manque de personnages de ce "calibre" actuellement, en politique par exemple..