Top 14 - Le récit de l'intérieur - Camille Lopez : « Pas la prétention de faire aussi bien que Gaëtan Germain »

  • Camille Lopez a porté l'Aviron bayonnais face à Lyon.
    Camille Lopez a porté l'Aviron bayonnais face à Lyon. Icon Sport
Publié le

Auteur d’un grand match face au LOU (quatorze des dix-neuf points de son équipe), l’ex-clermontois a aussi pris la responsabilité du tir au but.

Camille Lopez, qui porte l’Aviron bayonnais depuis le début de la saison, a une nouvelle fois réalisé une prestation XXL face au Lou. Excellent dans l’occupation, alors que les conditions étaient difficiles, le Souletin a aussi claqué deux précieux drops.

« C’est au feeling, disait-il après coup. J’ai deux occasions qui se présentent, ça se passe comme ça, mais ce n’est pas la vérité de demain. Quand je mets le deuxième, on bascule sur quelque chose de positif au niveau du score, puisqu’on passe à +9 (16-7, N.D.L.R.). Derrière, tu es plus à l’aise, tu as plus de sérénité, de confiance. Ça a joué, oui. » Aussi, avec la blessure de Gaëtan Germain (rupture totale du ligament croisé antérieur du genou droit), le numéro 10 aux 28 sélections a pris la responsabilité du tir au but, avec brio, puisqu’il a fait un 100 % (3 sur 3, plus 2 drop-goals).

« On regrette Gaëtan, qui nous faisait un début de saison incroyable. Il bute très très bien. Je n’ai pas la prétention de faire aussi bien que lui. Aujourd’hui, je n’avais pas des pénalités très compliquées, même s’il faut les mettre. C’est passé. J’ai pris le relais mais Maxime Machenaud, Thomas Dolhagaray ou Jason Robertson auraient pu le faire aussi. Nous sommes là pour ça. Après, je n’avais pas du tout d’appréhension. J’ai eu l’opportunité de prendre le but dans mes autres clubs. À Clermont, je jouais avec un très grand buteur, Morgan Parra, et c’est souvent lui qui le prenait car il est irréprochable, comme Gaëtan. S’il faut que j’assume ce rôle pour le reste de la saison, je le ferai, il n’y a pas de soucis. Et si un jour ça se passe mal, il y a des buteurs à mes côtés qui prendront le relais.»

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?