En s'offrant Grenoble, les Montois reviennent dans la course

  • Leandro Cedaro et Romain Latterade entrant en jeu
    Leandro Cedaro et Romain Latterade entrant en jeu Icon Sport
Publié le

Après un mois d’octobre inquiétant, le Stade Montois est de retour au premier plan en s’offrant un succès de prestige face à une équipe grenobloise pourtant très dense.

Christophe Loustalot avait le sourire après cette victoire qui ramène le Stade montois sur le podium de la Pro D2. Le demi de mêlée montois, auteur d’une prestation de très haut niveau face à Grenoble, n’a pas l’habitude de manier la langue de bois et c’est encore sans détours qu’il a analysés cette soirée humide, froide et pourtant extrêmement prometteuse pour son club : « Nous avons fait ce soir certainement notre match le plus abouti depuis le début de saison. Notre engagement défensif a été total, et avec le ballon nous avons réussi à créer des avancées, à gagner les duels face à une équipe pourtant très puissante et très épaisse. Il y a de la fierté ce soir, mais ce bloc ne sera véritablement réussi que si nous le validons par une victoire face à Carcassonne. Il faut tout de suite se mobiliser sur cette prochaine échéance qu’il va falloir bien négocier quelle que soit la manière. Jouer des équipes qui ont besoin de points, ce n’est jamais rigolo, et je ne suis pas certain que ce sera un grand match, mais peu importe, il faudra le remporter pour partir en vacances l’esprit serein. »

Voilà un discours de leader, qui dit bien l’esprit qui anime de nouveau ce groupe qui a traversé un mois d’octobre difficile mais qui a su rapidement rebondir. Et ce n’est pas une mince performance, là où d’autres auraient peut-être sombré après deux défaites aux contenus catastrophiques face à Agen et à Massy, et une autre injuste à Aix. Les Montois ont trouvé au contraire dans ces difficultés la colère, la hargne et la solidarité qui leur manquaient peut-être un peu en début de saison.

Charnière impeccable

Tout cela s’est traduit face à Grenoble par une férocité défensive de tous les instants, une cohésion totale, le démontre l’apport décisif du banc landais, mais aussi, il faut le souligner, une intelligence stratégique incarnée par une charnière qui a mené de main de maître la barque landaise. Le dernier essai montois traduit à merveille cette maîtrise dans les choix de jeu. Les Grenoblois s’attendaient certainement à une grosse épreuve de force lors de cette dernière mêlée de la rencontre, d’autant que les deux précédentes avaient tourné largement à l’avantage des locaux. C’est là que ceux-ci ont décidé de sortir de leur chapeau le lancement de jeu qui tue pour envoyer en bout de ligne Simon Renda inscrire l’essai du bonus offensif. Du travail bien fait qui récompense une équipe qui, en retrouvant la quasi-intégralité de son effectif, est en tain de revenir à un niveau plus conforme à son standing. « Il le fallait, conclut Christophe Loustalot. Après notre deuxième bloc catastrophique, soit nous nous remettions en question, soit nous partions pour jouer le maintien, et je crois que personne n’en a vraiment envie. »
Voilà donc le Stade montois de retour, mais à ce jeu, le plus dur est de confirmer. Rendez-vous donc vendredi pour savoir si les Jaune et Noir sont définitivement guéris.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?