Pro D2 - Grenoble veut finir d’un bon pied face à Massy

  • Thomas Fortunel et les Grenoblois ont à cœur de finir l’année sur une bonne note.
    Thomas Fortunel et les Grenoblois ont à cœur de finir l’année sur une bonne note. MIDI OLYMPIQUE - PATRICK DEREWIANY
Publié le

Les Isérois piétinent un peu depuis trois matchs. Un succès devant Massy vendredi leur permettrait de passer les fêtes au chaud.

Cette fois, les Isérois aimeraient partir en vacances de Noël l’esprit léger. Pas question donc de se rater face à Massy, car trotte encore dans les têtes le spectre de la défaite à Bourg-en-Bresse à la même période la saison passée. Alors qu’ils menaient 6-20 à la pause, les Grenoblois avaient chuté 30-20. «Nous étions partis en vacances en ayant perdu d’une mauvaise manière, évoque de lui-même l’ouvreur Thomas Fortunel. Partir sur une victoire validerait le bon début de saison que l’on a pu faire, même s’il n’y a pas eu que du positif. En cours de saison, nous pouvons gommer les erreurs et imperfections».

À la suite d’une série de quatre succès consécutifs, le FCG ressort avec trois points seulement des confrontations face à Colomiers, Biarritz puis Mont-de-Marsan. Et vient donc de glisser un peu au classement. «Nous n’avons pas su réussir cet enchaînement de gros matchs, notamment Biarritz à domicile, constate l’ouvreur avec lucidité. Comptablement, ce n’est pas positif. Mais si contre Massy, nous prenons quatre points, nous serions parmi les six. Cela resterait une mi-saison réussie».

Un rôle d’ouvreur capital

Sur celle-ci, les Grenoblois sont parfois moins spectaculaires que la saison passée mais plus pragmatiques. Et avec l’arrivée du mauvais temps, ils s’appuient eux aussi de plus en plus sur un jeu de dépossession. «Les conditions climatiques font que l’on s’expose moins, reprend le numéro 10. Dans cette période hivernale, nous voyons que les équipes qui continuent à jouer de leur camp s’exposent à des contres et se mettent en danger.» Dans l’idéal, les Isérois aimeraient envoyer un peu plus. Mais ce n’est pas toujours possible. «La saison passée, nous avons parfois surjoué sur quelques matchs, estime Thomas Fortunel. Et nous avons été en difficulté par rapport à cela. Cela ne nous plaît pas non plus de ne pas jouer mais des fois lorsque l’on veut tenir le score ou être au contact de l’adversaire comme à Colomiers, il faut s’y tenir.»

Dans ce canevas, le rôle de l’ouvreur est précieux. «C’est hyper stratégique, reconnaît Thomas Fortunel. Cela nous demande de soulager un peu l’équipe avec le pied.» Face à l’équipe massicoise, un jeu au pied précis est capital. Car elle adore relancer. «Nous connaissons le point fort de Massy, reprend l’Isérois. Ils ont des joueurs qui aiment jouer dans le désordre et se nourrir de contre-attaques. Nous devrons avoir une grosse défense. Et peut-être nous aussi de jouer ces ballons de turn-over…» Renouer avec le succès et finir l’année sur une bonne note.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?