Premiership - Les Wasps soufflent, Worcester tremble

  • Les Wasps devraient retrouver la compétition la saison prochaine, à l'inverse de Worcester.
    Les Wasps devraient retrouver la compétition la saison prochaine, à l'inverse de Worcester. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Vendredi dernier, la fédération anglaise a donné son accord au projet de rachat présenté par les Wasps, donnant ainsi le droit à la formation de Coventry d’intégrer la deuxième division l’année prochaine. Mais elle a refusé l’offre de rachat présentée par les Worcester Warriors, laissant le club anglais s’enfoncer un peu plus dans le doute.

Va-t-on revoir les Wasps dans un championnat l’année prochaine ? C’est fort possible. En sera-t-il de même pour les Warriors de Worcester ? C’est nettement moins probable. Vendredi dernier, la Fédération anglaise (RFU) a donné son feu vert au projet de rachat présenté par les Wasps, et mené par un consortium qui inclut plusieurs légendes du club anglais. Mais attention : ils ne retrouveront pas directement l’élite, et seront réintégrés en Championship, c’est-à-dire en deuxième division professionnelle anglaise. Ils devront donc lutter pour l’accession en Premiership, comme l’avaient fait les Saracens avants eux. Pour rappel, les dettes des Wasps avoisinaient les 109 millions d’euros mais l’offre de rachat apportée par la compagnie Halo22 Limited, qui appartient à Christopher Holland a été validée par la RFU. Cette dernière a toutefois précisé dans un communiqué qu’elle continuerait, dans les prochaines semaines, à travailler avec les repreneurs pour s’assurer que le projet était viable et que le club pourrait se financer. Le service communication du club anglais a même préparé un visuel montrant l’emblématique guêpe allongée sur le dos, avec ce slogan : « Stung, but in recovery » ("Piquée, mais en voie de guérison", N.D.LR.).

Worcester doit trouver un nouveau repreneur

Au contraire des Wasps, l’avenir de Worcester s’est assombri vendredi dernier. Car la RFU a rejeté l’offre par Jim O’Toole, ancien directeur exécutif du club. Ce dernier avait pris la tête d’un consortium dénommé Atlas (une compagnie américaine de services médicaux) pour racheter les Warriors : « La RFU n’a pas reçu de preuves suffisantes de viabilité financière. Si certaines informations ont bien été fournies, elles ne semblent concerner qu’une seule partie des activités de l’actionnaire principal sans que la RFU ait reçu des garanties que d’autres informations seraient fournies ultérieurement ». Les Warriors doivent donc trouver un autre repreneur. Heureusement, il leur reste une option : celle d’un autre consortium, cette fois mené par l’homme d’affaires anglais Adam Hewitt, et dans lequel on trouve l’ancien manager de Worcester, Steve Diamond. Sur Twitter, Diamond a indiqué jeudi dernier qu’il était, avec Hewitt, « pleinement engagé pour faire revenir les Warriors en Premiership ». Affaire à suivre…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?