Pro D2 - Aurillac passera Noël au balcon

  • Anderson Neisen balle en main à Robert Diochon
    Anderson Neisen balle en main à Robert Diochon Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Victorieux à l’extérieur pour la deuxième fois de la saison cette fois face à Rouen (26-6), Aurillac se place dans le top 6 et peut croire aux phases finales.

Les fêtes de fin d’années se passeront sous les meilleurs hospices pour le capitaine cantalien Didier Tison et ses coéquipiers. Et ils l’auront bien mérité ! Après Colomiers et Vannes à Jean-Alric, voilà que le Stade aurillacois s’est exporté à nouveau avec brio sur le pré glacé de Robert-Diochon. Avec un contre opportuniste de Delarue, d’abord, puis un modèle de ballon porté pour le deuxième essai par Singer, les Cantaliens ont réussi un magnifique coup en Normandie face à des Lions qui subissent une troisième déconvenue à domicile. Côté aurillacois, c’est une deuxième victoire loin de leurs bases qui permet de basculer du côté souriant du tableau. "On n’avait pas coché cette date dès le départ mais comme nous avions réussi deux victoires à domicile, nous avons finalement décidé d’en faire un objectif pour finir bien l’année. On a gagné en confiance au cours de ce mois de décembre. Nous avons beaucoup parlé de maîtrise, je pense qu’à Rouen, ce fut la clé du match. Nos trois semaines de travail ont payé et cela fait vraiment plaisir", expliquait le leader.

"On regarde vers le haut"

Une chose est sûre, Aurillac n’est plus cette équipe modeste que l’on ne sait de quel œil regarder. Que l’on craint chez elle avec tout de même l’espoir d’y faire un coup sur un malentendu mais que l’on reçoit souvent avec l’idée de prendre quatre points. La dynamique est très clairement de leur côté. Lors des cinq derniers matchs disputés, les Bleus et rouges ont engrangés seize points. Quatre victoires pour une défaite, revers concédé sur la pelouse terrifiante de Charles-Mathon où il est de coutume de repartir les valises pleines.

Alors, la route est longue encore oui. Mais au vu des performances et du bilan comptable, la prudence devrait se mettre un peu sur le côté pour laisser l’enthousiasme passer son épaule. En préambule de cet heureux succès, Roméo Gontinéac expliquait que la tête n’était pas encore aux matchs couperets vu le bilan à l’extérieur : "On ne s’emballe pas parce qu’on sait que nous avons des fragilités à l’extérieur." Les fragilités désormais renforcées par ces quatre points obtenus au nord de la Seine, est-ce le moment d’y croire, d’espérer, de rêver ? Pour Didier Tison, l’idée n’est pas à exclure. "Je pense que chaque joueur à cela dans sa tête mais collectivement, nous restons prudents. Certes, on regarde vers le haut et nous sommes en train de créer quelque chose de très beau mais nous sommes encore en construction avec un groupe jeune qui doit apprendre." En vacances jusqu’au 2 janvier, les actuels sixième du championnat recevront Mont-de-Marsan. "On va couper un peu, ça va faire du bien au moral pour revenir frais à la rentrée", conclut le capitaine aurillacois.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Tristan Failler
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?