Top 14 - L'enseignement du week-end : à Brive, l’électrochoc a bien eu lieu !

  • Top 14 - L'enseignement du week-end : à Brive, l’électrochoc a bien eu lieu !
    Top 14 - L'enseignement du week-end : à Brive, l’électrochoc a bien eu lieu ! Icon Sport
Publié le

Victorieux à Lyon une semaine après leur incroyable succès à la 89e dans le « derby » contre Clermont, les Brivistes se sont relancés dans la course au maintien.

Symboliquement ou pas, c’est pile pour les douze coups de minuit que les Corréziens sont revenus dans leurs pénates en cette nuit de Saint-Sylvestre, après leur convaincant succès à Lyon. Une victoire que les Brivistes ont évidemment convenablement fêtée dans le bus du retour, avant pour certains de poursuivre les agapes de Nouvel An en ville, quand les plus sages sont rentrés dans leurs familles. « Après Noël, on s’est fait un beau cadeau pour terminer l’année, savourait le troisième ligne Esteban Abadie. Quand tu enchaînes les défaites, le moindre faux pas fait douter. C’est bien d’avoir enfin brisé cette dynamique. En deux semaines, on a engrangé autant de victoires que sur l’ensemble de la saison ! On ne pouvait pas rêver mieux pour terminer l’année : aller chercher ce derby contre Clermont avec les c…, avant d’enchaîner ici où personne ne nous attendait. Cela doit nous booster pour la nouvelle année et aller décrocher ce maintien.»

Collazo-Sanchez, le double effet bœuf

Les recettes de cette bonne fin d’année? Nul besoin d’être grand clerc pour déceler qu’elles ont été provoquées par un double électrochoc, à savoir l’arrivée sur le terrain d’un nouveau meneur de jeu comme Nicolas Sanchez, rapidement suivi d’une figure tutélaire comme Patrice Collazo qui a immédiatement remis le groupe en éveil (lire par ailleurs), ainsi que le confiait l’ailier Axel Muller, virevoltant sur la pelouse de Gerland. «Nico, on le connaît: il a cette expérience du haut niveau qui fait que tout le monde a confiance en lui. Il est bon sur les relances de jeu, excellent sur la stratégie, et on avait besoin d’un joueur comme ça sur le terrain. Quant à Patrice, il nous a amené une nouvelle énergie, un nouveau discours. Je pense qu’il a lui aussi envie de se montrer et de prouver qu’il peut recommencer à écrire une belle histoire. Ces deux arrivées ont insufflé beaucoup d’ondes positives à l’équipe en cette fin d’année, j’espère que nous allons les conserver en 2023.» «Le rugby, c’est pour beaucoup dans la tête, philosophait l’entraîneur des trois-quarts Jean-Baptiste Péjoine. Quand tu perds neuf matchs et que tout le monde te tombe dessus, ce n’est pas simple tous les jours. On a bien vu à Lyon ce qu’on peut faire avec de la confiance, à l’image de ces deux drops: ces deux options ont été très bien prises, à des moments très importants du match. Ce n’est certainement pas un hasard, ces prises d’initiatives sont à mon sens étroitement liées à la confiance que nous a apportée notre fin de match contre Clermont. En plus, nos trois petits jeunes de 18 ans se sont mis au diapason comme souvent cette saison, c’est donc une nouvelle grande victoire pour tout le club.» Lequel se prend désormais à rêver de les enchaîner, dans l’optique d’une opération remontée plus palpable et crédible que jamais…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?