Pro D2 - Grenoble peut être frustré après le nul à Provence

  • Le buteur grenoblois Thomas Fortunel
    Le buteur grenoblois Thomas Fortunel Icon Sport
Publié le

Un sentiment forcément mitigé pour des Grenoblois qui avaient le match en main avant d’être rejoints après la sirène. Rageant !

Les partenaires de Steeve Blanc-Mappaz sont passés proches d’une très belle performance vendredi soir à Maurice-David. Ils ont été rejoints après la sirène à l’issue d’une invraisemblable fin de match et un scénario au suspense haletant. Mais, à l’arrivée, ils peuvent être frustrés car la victoire faisait plus que leur tendre la main. Et, les hommes du trio Nadau-Gengenbacher-Héguy avaient su tisser leur toile parfaitement au-dessus de leurs adversaires aixois. Mal récompensés en première période avec cet essai encaissé à la sirène, ils revenaient avec des ambitions beaucoup plus fortes et une pression solide sur le XV aixois. L’obligeant à commettre des fautes et à jouer en infériorité numérique. C’est à ce moment-là que les Grenoblois ont fait main basse sur le match, refaisant dans un premier temps leur retard au tableau d’affichage avant d’asséner le coup de grâce (croyaient-ils) à quelques minutes de la fin des débats. Un match plutôt très bien maîtrisé jusqu’à ces cinq dernières minutes fatales après la sirène où les Grenoblois ont pris la marée aixoise dans leur en-but et ont fini par craquer pour concéder le match nul.

À l’image de leur capitaine Steeve Blanc-Mappaz, les Grenoblois préféraient voir le verre à moitié plein. "Je retiendrai nos deux points gagnés ici à Aix. On savait que cette rencontre allait être difficile, le contexte particulier avec ce stade plein, on a certes fait la course en tête en fin de match mais bravo à eux pour avoir réussi à revenir après la sirène. Oui, ça a été un match intense où les deux équipes ont donné le maximum. On a été souvent mené, on a beaucoup joué mais peut-être que l’on score pas assez alors que l’on occupe le camp adverse. Sur les cinq dernières minutes, on s’est accrochés mais le dénouement ne nous a pas été favorable. Mais, venir faire ici un aussi bon match, c’est forcément positif."

La bête noire des Grenoblois depuis deux saisons

Un sentiment de frustration renforcé également par le fait que les Grenoblois n’ont toujours pas battu ces Aixois depuis deux saisons maintenant (trois revers pour un nul) et que vendredi, ils pensaient avoir fait le plus dur. "Je rajouterai un sentiment d’injustice car je pense que l’investissement et l’engagement mis par les joueurs méritaient une victoire, rajoutait Fabien Gengenbacher. Mais Aix a réussi à revenir. Félicitations à mes joueurs pour leur état d’esprit et pour la qualité de leur prestation."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Denis Ghigo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?