Top 14 - Perpignan, un coup d’assommoir

  • La défaite face à Clermont est un gros coup de massue pour les Catalans
    La défaite face à Clermont est un gros coup de massue pour les Catalans Icon Sport
Publié le

Devant au score à cinq minutes du terme, les Catalans ont vu tous leurs efforts s’anéantir dans le money-time. Un coup de massue dont il faudra se relever...

C’est peu dire que les Catalans affichaient des mines défaites à l’issue de la partie. Car s’ils n’ont pas été géniaux pendant 80 minutes, s’ils se sont montrés très indisciplinés en première période et s’ils ont parfois manqué de justesse stratégique, les Perpignanais n’en tenaient pas moins un succès référence, à cinq minutes du terme.

Et puis, entre une sortie de camp mal maîtrisée, un rebond malchanceux et une dernière contre-attaque trop facilement lue par leur ancien partenaire Bautista Delguy, les coéquipiers de Jake McIntyre se sont suicidés sur la pelouse du Michelin. « Quand tu as le match en main si proche de la fin, la défaite est vraiment dure à encaisser, admettait l’entraîneur David Marty. Je suis fier de l’engagement qu’ont mis les joueurs, qui n’ont malheureusement pas été récompensés. Il nous manque encore un petit quelque chose, un brin de chance, un peu de réussite.»

Une analyse volontairement « positive » que Lucas Bachelier ne partageait pas tout à fait. « La défaite ne se résume pas qu’à une histoire de rebond, pestait le troisième ligne. C’est un ensemble de choses qui font qu’on n’a pas su scorer suffisamment pour se mettre à l’abri un peu plus tôt. Il y a aussi ces deux cartons qu’on prend coup sur coup en première mi-temps, qui ont permis à Clermont de reprendre et nous ont coûté une énergie que nous avons peut-être payé sur la fin. Quoi qu’il en soit, on repart avec 0 point, c’est donc qu’on n’a pas fait un bon match.»

« Se battre jusqu’au bout »

De quoi céder au découragement, à la lecture d’un classement où les Catalans pointent désormais à 7 points de Brivistes gonflés à bloc ? « Pas du tout, calculait Marty. À la prochaine journée, Brive ira à Bayonne qui bat tout le monde à Jean-Dauger pendant que nous recevrons le Stade français. Et ensuite, nous irons là-bas. On encore les moyens de lutter jusqu’au bout, et on luttera jusqu’au bout.»

« L’Usap est un club particulier, qui te tient à cœur lorsque tu en portes les couleurs, prolongeait Lucas Bachelier, remarquable aux côtés de Brad Shields. Si on doit descendre à la fin, eh bien on descendra, et on fera le boulot qu’il faut pour remonter en Top 14. Mais pour l’instant, on y est encore, et on va se battre jusqu’au bout pour y rester. » À condition toutefois de trouver la recette de ce « petit quelque chose » susceptible de faire pencher les rebonds dans l’autre sens…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?