Féminines - Nouvelle ère pour les Bleues

  • Féminines - David Ortiz et Gaëlle Mignot (XV de France féminin)
    Féminines - David Ortiz et Gaëlle Mignot (XV de France féminin) Icon Sport
Publié le , mis à jour

Réuni en début de semaine à Toulouse pour un séminaire de « rentrée », le staff du XV de France féminin, désormais mené par le duo Mignot-Ortiz a annoncé plusieurs changements, à commencer par le capitanat.

Le XV de France féminin a définitivement basculé dans une nouvelle ère. Désormais mené par le duo d’entraîneurs-sélectionneurs Gaëlle Mignot-David Ortiz, le staff était réuni lundi et mardi à Seilh, dans la banlieue de Toulouse, à l’occasion d’un grand séminaire de rentrée réunissant staff et les 32 joueuses sous contrat fédéral. Le moment propice pour lancer un nouveau cycle avec trois axes majeurs : « déterminer un cadre de fonctionnement, dévoiler le nouveau staff, et annoncer la planification à court et à moyen terme, jusqu’à notre prochain objectif, la Coupe du monde 2025 » nous expliquait Ortiz. Comme annoncé sur notre site rugbyrama.fr dimanche soir, le staff a confirmé aux joueuses l’arrivée de l’ancien centre d’Agen et de Montpellier (entre autres), Sylvain Mirande au poste d’entraîneur des trois-quarts. Après plus de dix ans passés au chevet de l’équipe, le médecin Romain Loursac a passé le relais à deux consœurs, en l’occurrence Virginie Pécourneau et Stéphanie Zély. Enfin, le préparateur physique Robin Delaître a été remplacé par Antoine Saboua, qui est également le préparateur physique de France 7 féminin. Le staff cherche encore un analyse vidéo pour remplacer l’Agenais Vincent Péducasse. Une annonce devrait être faite dans les jours à venir. À noter que la forme de ce staff est provisoire, et qu’elle sera finalisée en juin prochain en vue du prochain Mondial 2025 en Angleterre.
Le staff a également dévoilé les prochaines échéances avec, en premier point de mire, le prochain Tournoi des 6 Nations féminin qui débutera le 27 mars prochain par un déplacement à Parme, en Italie. Avant cela, les Bleues effectueront deux stages de préparation : du 13 au 17 février à Capbreton, et du 13 au 20 mars dans un lieu qui reste à définir.

Une nouvelle capitaine annoncée le 13 mars prochain

Mais l’information majeure de ce séminaire, c’est le changement de capitaine. La troisième ligne Gaëlle Hermet a été reçue mardi par le duo de sélectionneurs qui lui a annoncé la nouvelle, et Gaëlle Mignot nous a expliqué les raisons de ce choix : « Au même titre que le staff, on souhaite construire la personne qui va devenir capitaine. Il n’y a rien contre Gaëlle, loin de là. Nous voulons faire émerger une personne qui incarnera la nouvelle identité de ce projet XV de France. Cela ne veut pas dire que Gaëlle ne sera pas notre capitaine d’ici à 2025, c’est tout à fait possible, mais elle part sur la même ligne que les autres. Officiellement, elle n’est donc plus capitaine du XV de France féminin. On a présenté le profil de la personne qu’on attendait : une joueuse performante et indiscutable sur le plan sportif, qui deviendrait le bras droit du staff, à l’aise en anglais pour parler aux arbitres, et qui émergera au gré de nos rendez-vous. » La capitaine pour le prochain Tournoi sera annoncée aux joueuses le 13 mars prochain, au début du deuxième stage de préparation. Le staff attend donc le premier stage de préparation à Capbreton pour voir quelles candidates émergeront.
Féminines - Gaëlle Hermet (XV de France féminin)
Féminines - Gaëlle Hermet (XV de France féminin) Huw Evans / Icon Sport - Huw Evans / Icon Sport

Drouin « fléchée » sur les JO, qui en 10 ?

Un groupe qui lui aussi est à un tournant. 32 joueuses ont vu leurs contrats prolongés jusqu’en juin 2024. Comme attendu, les néo-retraitées Céline Ferer, Safi N’Diaye, Marjorie Mayans et Laure Sansus n’y figurent logiquement plus. En revanche, on note la présence de plusieurs « déçues » du dernier Mondial comme les Montpelliéraines Caroline Boujard et Cyrielle Banet, ainsi que la Blagnacaise Audrey Forlani. à noter deux nouveaux contrats pros, pour la demie d’ouverture du Stade bordelais Morgane Bourgeois et la pilier du Stade rennais Elisa Riffoneau.
Cette liste comporte toutefois des absences de poids, comme celle de la demie d’ouverture Caroline Drouin, de l’ailière Joanna Grisez ou de la polyvalente Chloé Jacquet. Des absences qui s’expliquent par le fait que les trois septistes sont désormais « fléchées » (selon le terme employé par les sélectionneurs-entraîneurs) sur l’objectif des jeux Olympiques de Paris en 2024, et qu’elles risquent de passer beaucoup plus de temps avec France 7 pour les deux saisons à venir. Dès lors, se pose la question de l’ouverture : qui succédera à Drouin pour commander l’attaque des Bleues : la jeune Blagnacaise Lina Queyroi, qui était sa doublure au Mondial ? Cette dernière se remet actuellement d’une opération de l’épaule et retrouvera les terrains fin mars. Jessy Trémoulière, peu utilisée lors du Mondial mais dont l’expérience pourrait être précieuse ? On sait aussi que la demie de mêlée Pauline Bourdon peut dépanner au poste, mais le staff souhaite plutôt la laisser derrière la mêlée. La question, ainsi que d’autres qui concernent notamment la succession de Céline Ferer dans la cage, reste ouverte…

Le groupe des 32 joueuses (sous contrat avec la FFR jusqu’en juin 2024)

Annery, Bourgeois, Brosseau, Deshaye, Fall, Khalfaoui, Sochat (Stade bordelais) ; Banet, Bernadou, Boujard, Ménager M., Ménager R., Touyé (Montpellier) ; Berthoumieu, Boulard, Domain, Dupouy, Escudero, Forlani, Joyeux, Lindelauf, Llorens, Queyroi, Vernier (Blagnac) ; Bourdon, Filopon, Hermet (Toulouse) ; Chambon, Feleu, Gros (Grenoble Amazones) ; Riffoneau (Rennes), Trémoulière (Clermont-Romagnat).
 
Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?