Top 14 - Défait à Montpellier, Clermont a perdu gros dans l’Hérault

  • Le jeune Baptiste Jauneau discute avec son manage Christophe Urios
    Le jeune Baptiste Jauneau discute avec son manage Christophe Urios Icon Sport
Publié le

Entre la défaite, la lourdeur de l’écart au score, la blessure d’Alexandre Fischer et le carton rouge donné à Judicaël Cancoriet, l’ASM a vécu un cauchemar.

Comme leurs adversaires montpelliérains, les Auvergnats savaient qu’ils allaient vivre au GGL Stadium un tournant de leur saison. Force est de constater qu’ils l’ont plutôt mal négocié. Pire, même, qu’ils ont fini dans le décor. D’abord, il y a la cruelle réalité du classement. Une victoire dans l’Hérault aurait pu leur permettre de garder d’infimes espoirs de qualification, quand bien même ils auraient dû signer un sans-faute et compter sur des faux pas de leurs adversaires. Ensuite, il y a l’ampleur du score : samedi, les Clermontois ont concédé leur troisième plus lourde défaite de la saison, après leurs sorties de piste contre Toulouse (46-10, 6e journée) et le Racing (46-12, 11e journée).

Et enfin, il y a le contenu : "Ma première analyse ? Je ne préfère pas la donner…" grinçait un Christophe Urios que l’on sentait bouillonnant à l’intérieur : "Non, je ne pensais honnêtement pas que l’on allait faire un match pareil. Je nous ai trouvés lourds en première mi-temps, avec des joueurs qui ne se replaçaient pas assez. Puis la deuxième mi-temps… (il souffle) On n’a jamais été en place sur ce match. Jamais. Aujourd’hui, j’ai vu des choses que je n’avais jamais vues. Ce qu’il nous manquait aujourd’hui ? Plein de choses… de l’engagement. Aimer souffrir. De l’intelligence. De la précision. De la discipline. Tout ce qui fait une équipe de rugby de haut niveau en fait. Ça fait trois voyages qu’on fait, et trois fois que l’on ramène zéro point. Cela prouve bien que l’on n’est pas au niveau."

Urios : "Des joueurs m’ont énormément déçu"

Le nouveau boss peinait à contenir sa froide colère : "Des joueurs, individuellement, m’ont déçu. Énormément déçu. On avait pointé quatre joueurs adverses. Des joueurs importants et dangereux dans cette équipe. Mais quand ces quatre mecs se promènent tout l’après-midi, ça veut dire que tu n’as pas fait le boulot." Et si l’on ajoute à cette après-midi en enfer la possible rupture des ligaments croisés d’Alexandre Fischer et la future suspension de Judicaël Cancoriet qui a écopé de deux cartons jaunes dans un match, on se dit que l’ASM a vraiment tout perdu dans l’Hérault : "Des fois, il arrive que tu sois nul et que tu reviennes sans blessé. Mais cette défaite coûte cher. Parce que non seulement on a été nuls, mais on ramène un blessé et un suspendu." Le débriefing de ce match promet d’être salé…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?