La saga des tuniques bleues

  • La saga des tuniques bleues
    La saga des tuniques bleues
Publié le , mis à jour

Le maillot du XV de France a évolué à travers les époques. Mais depuis les années 90, il s’est sophistiqué, jusqu’à l’exagération.

Par Jérôme PRÉVÔT

jerome.prevot@midi-olympique.fr

L’équipe de France a joué son tout premier match en 1906 en blanc et sans le coq. Les joueurs portaient alors les deux anneaux de l’USFSA sur la poitrine. Le volatile est apparu dès les années 1910 puis et le XV de France a alterné le bleu et le blanc comme couleur du maillot. Quand la tunique était bleue, le short était blanc et vice-versa, les bas restant rouges. Cette alternance connut une curieuse exception en 1958 et en 1959 avec l’apparition fugace d’un curieux rouge vif. Mais un examen attentif des documents révèle qu’à travers l’Histoire, le Bleu est devenu de plus en plus foncé, passant du «Bleu Ciel» au «Bleu Turquoise» avant de découvrir le «Bleu roi».

Années 80 : apparition du logo commercial

Mais le maillot devint à partir des années 80 un vrai enjeu marketing et financier. On vit alors apparaître un logo commercial sur la tunique sacrée. Il est vrai, celui du coq sportif ressemblait au blason de la FFR. À partir des années 80, les équipementiers s’autorisèrent des fantaisies avec des motifs dérivées des trois bandes d’Adidas sur les manches et sur le sommet des chaussettes. Puis ces parements se firent de plus en plus visibles au fil des années 90, jusqu’à des barres horizontales sur la poitrine des joueurs.

À partir des années 2000, le tabou tricolore fut brisé par la firme Nike qui sortit une tenue où le maillot et le short étaient de la même couleur (bleu ou blanche). Mais la société à virgule, continua ses audaces d’abord en fonçant toujours un peu plus le bleu jusqu’à aller jusqu’au « bleu nuit » en passant par le « bleu marine ». Mais Nike alla jusqu’à introduire des nuances sur le torse des joueurs avec des zones… noires de plus en plus étendues. Elle mit même le coq au centre de la poitrine… Amis du classicisme, passez votre chemin. À ce rythme et compte tenu des audaces des autres nations (Angleterre en noir ou en violet), la France était mûre pour un destin de caméléon. Le retour du rouge devenait alors inévitable.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?