Graulhet est au pied du mur

  • Graulhet est au pied du mur
    Graulhet est au pied du mur
Publié le , mis à jour

Dernier de la poule 4, le club tarnais est face à un énorme défi. Il lui reste sept matchs pour arracher son maintien…

Par David BOURNIQUEL

Sept matchs à disputer et potentiellement trente-cinq points sur le tapis. Le gâteau est au centre de la table et les Graulhétois ont pour mission de s’en tailler une grosse part pour réussir à se maintenir en Fédérale 1. Malgré les vents contraires et les disparités d’effectifs et de budgets émaillant le premier niveau amateur, le Petit Poucet graulhétois croit en sa chance. Pour tenter de remobiliser les troupes, le président David Gau et les entraîneurs Benoît Bellot et Renaud Gély ont organisé un mini-stage de deux jours à Luz-Saint-Sauveur les 2 et 3 janvier. Au programme, sorties en raquette, montée de cinq heures vers le cirque de Gavarnie, préparation physique et cohésion de groupe pour préparer au mieux le déplacement périlleux chez le cador Aix-en-Provence. Même si les Graulhétois ne se font pas d’illusions quant à leur sort dans les Bouches-du-Rhône (ils sont bien conscients que leur avenir ne se joue pas là-bas), ils ne s’y déplacent pas en victimes expiatoires. « Nous voyons ce match comme la validation de notre préparation hivernale, explique David Gau, le président tarnais. Nous devrons y mettre en application nos bonnes résolutions pour 2015 et y faire la meilleure prestation possible même si nous nous doutons bien que ce n’est pas à Aix-en-Provence que nous rattraperons les points perdus chez nous. »

Des raisons d’espérer

Un constat lucide qui met en lumière les aspirations du club tarnais pour la nouvelle année 2015. Redevenir (très) fort à Noël-Pélissou et se nourrir de bonus loin de Graulhet. Le salut passera par là, selon le président Gau : « Nous devons impérativement transformer notre pelouse en forteresse imprenable et glaner des points sur tous les autres terrains. L’équation est aussi simple que ça ! »

Dans cette quête, Graulhet pourra compter sur tout son effectif. Une première cette saison. « Avec un peu de recul, notre principale erreur de recrutement est d’avoir tout misé sur des joueurs jeunes à fort potentiel mais peu expérimentés. Nous pensions être armés dans le secteur de l’expérience avec les joueurs déjà présents au club mais ils se sont tous blessés en début de saison. Sébastien Pagès, Franck Maréchal, Fabrice Hédreville… Ils nous ont manqué. Le collectif s’est délité peu à peu par manque de leaders. Ajoutons à cela des « joueurs clés » qui ont enchaîné tous les matchs et qui ont fini l’année émoussés… Je pense à notre pilier droit Lagikula qui a joué onze matchs sur onze possibles. » Le retour des blessés, la bonne cohésion entrevue lors du stage et la qualité du travail fourni laissent de bonnes raisons d’espérer une fin de saison canon. Un petit point de bonus défensif le 11 janvier à Aix-en-Provence ferait office de très bonne rampe de lancement vers l’objectif maintien.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?