On ne change pas une équipe qui gagne… petit !

  • On ne change pas une équipe qui gagne… petit !
    On ne change pas une équipe qui gagne… petit !
Publié le / Mis à jour le

Malgré une performance peu convaincante contre l’Écosse, le staff des Bleus a décidé de maintenir sa confiance aux vainqueurs du Stade de France.

Alors que les Bleus se rendent en Irlande pour disputer le deuxième match du Tournoi des 6 Nations 2015, le sélectionneur national Philippe Saint-André a décidé de reconduire les vainqueurs de l’Écosse. Par rapport au XV majeur ayant débuté samedi dernier au Stade de France (15 à 8), seul Alexandre Menini (blessé et remplacé par Eddy Ben Arous) est sacrifié. Alors que l’on pouvait s’attendre aux retours en grâce de Morgan Parra, Nicolas Mas et Brice Dulin, remplaçants ou hors du groupe face à l’Écosse, il n’en sera finalement rien. Mercredi matin, à l’auditorium du CNR de Marcoussis, Philippe Saint-André légitimait ses choix de la sorte : « Au poste de pilier droit, Rabah Slimani est en grande forme et a fait preuve de beaucoup d’activité face à l’Écosse. Il est donc normal qu’il poursuive. » Concernant le poste de demi de mêlée, où l’entrée en jeu de Morgan Parra avait été intéressante, confiance est maintenue à Rory Kockott, pourtant peu à l’aise sur certaines phases de jeu tricolores. Saint-André poursuit : « Je trouve au contraire que Rory a montré des choses intéressantes, que ce soit au niveau des libérations de balle, des choix de jeu ou de la vitesse de passe. Là aussi, il nous a semblé important de lui redonner une chance. »

L’équation Spedding

Quid du poste d’arrière ? Samedi dernier, à Saint-Denis, Scott Spedding n’a pas vraiment convaincu. Déterminé mais peu décisif, le futur arrière de Clermont-Ferrand sera néanmoins titulaire en Irlande, enchaînant ainsi sa cinquième titularisations consécutives. « Brice Dulin n’est pas encore à 100 % de ses possibilités, analyse le sélectionneur national. Son bras lui est encore douloureux, même s’il progresse de jour en jour. » N’aurait-il pas été judicieux, pourtant, de donner sa chance à l’arrière du Racing-Metro sur un match où les Irlandais abreuveront les Bleus de chandelles pernicieuses ? Le message adressé à Scott Spedding est en tout cas particulièrement fort : le staff des Bleus apprécie son rendement et il fera à coup sûr partie du wagon des Mondialistes, à l’automne prochain !

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir