Niogret : «Certains payent leurs joueurs de façon illégale»

  • Niogret : «Certains payent leurs joueurs de façon illégale»
    Niogret : «Certains payent leurs joueurs de façon illégale»
Publié le , mis à jour

Relégué l’année dernière de Pro D2, Bourg-en-Bresse bataille au sein de la Fédérale 1. Le président du club, Christophe Niogret, fait un point.

Vous êtes descendu l’année dernière de Pro D2, avez-vous des regrets ?

On était monté en Pro D2. C’est toujours le problème du promu. Statistiquement, le promu ne part pas favori pour se maintenir. Depuis la création du Pro D2, il me semble que seul Carcassonne a réussi à se maintenir en ayant le statut de promu. Après, concernant notre saison, on a pris le parti de ne pas prendre de risques financiers. Également, je pense que nous n’avons pas anticipé les droits télévisuels comme ont pu le faire la majorité des clubs de Pro D2. Je pense également qu’il y a eu des erreurs sportives mais on a aussi été touché à des postes importants comme celui de pilier droit. Le premier trimestre de la saison a été salvateur pour nous, c’est là qu’on a perdu le maintien.

Compte tenu de votre budget, n’est-ce pas une déception de ne pas vous voir au sommet de la poule ?

C’est une déception, en sachant que nous sommes un club qui respecte les règles et la législation. Il ne faut pas se voiler la face, certains clubs de Fédérale 1 pratiquent des choses que nous ne faisons pas à Bourg-en-Bresse. Après, on est un club qui parie sur sa formation. De plus, nous n’avons aucune subvention de la Fédération sur notre centre de formation. Effectivement, on a un gros budget, mais quand on regarde bien les choses, un million de la part du budget est consacré à l’association. Notre budget réel est donc d’environ 2,5 millions ce qui se rapproche de ceux de Mâcon, de Romans-sur-Isère, etc.

Aujourd’hui, tous nos joueurs sont salariés, on les paye avec tout ce qui s’en suit. Ce n’est pas moi qui révèle ça aujourd’hui, c’est la réalité.

Selon vous, des équipes ne respectent pas la législation…

C’est très clair et très transparent. Beaucoup de joueurs sont payés à l’indemnité kilométrique ou d’autre autre manière illégale. Aujourd’hui, tous nos joueurs sont salariés, on les paye avec tout ce qui s’en suit. Ce n’est pas moi qui révèle ça aujourd’hui, c’est la réalité. En Fédérale 1, je sais qu’il y a des joueurs qui sont bien plus payés que ne peuvent être les miens.

Votre groupe de joueurs a beaucoup évolué du fait de votre descente en Fédérale 1, vous pensez que c’est un handicap ?

Bien sûr, une descente est toujours compliquée à gérer car il y a, dans ce cas, un réel échec sportif ainsi que dans les décisions du club. Après ce revers, il faut se relever… Et puis c’est vrai que nous avons perdu nos meilleurs éléments, maintenant c’est normal pour un club relégué. Les joueurs de qualités aspirent forcément à jouer dans le milieu professionnel. On ne peut en effet pas se battre sur un joueur qui s’en va vers le Top 14 ou le Pro D2. Il est vrai qu’ensuite il devient difficile de recréer une dynamique de groupe.

Est-ce que vous avez connu des événements qui ont perturbé votre préparation ?

Oui l’épisode Delpoux ne nous a pas avantagés dans notre préparation. En effet, Marc Delpoux devait devenir notre manager sportif mais il s’est désisté au dernier moment. Néanmoins, avec le recul, heureusement que cela s’est passé, on a trouvé en Laurent Mignot, l’homme qu’il fallait pour faire avancer le club.

Selon vous, quels sont les points forts de l’équipe dans le jeu ?

L’année dernière, la force de l’USB a été son paquet d’avants avec des joueurs comme Ulugia (talonneur parti à Clermont, N.D.L.R.) ou Coste (deuxième ligne parti à Carcassonne). Paradoxalement, la force de Bourg-en-Bresse cette saison est son jeu des lignes arrière. Néanmoins, les valeurs bressanes sont l’engagement, le combat. De ce côté-là, on est moins performants du fait de la perte de nos joueurs clés. Derrière, on a des joueurs qui nous apportent beaucoup plus que les autres années.

Quels sont vos objectifs pour la suite ? Une montée en Pro D2 est-elle envisageable ?

Au vu du début de saison, on va d’abord penser à la qualification pour les phases finales en finissant dans les quatre premiers de la poule. Pour cela, nous avons fait un recrutement pour se qualifier et même faire de bonnes phases finales dans l’optique d’une montée. Maintenant, je dois dire que ce recrutement n’a globalement pas été positif. Le groupe est néanmoins de qualité, et d’une semaine sur l’autre, tout peut changer. Ça serait clairement un échec de ne pas se qualifier pour les phases finales de Fédérale 1. Propos recueillis par G. C.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?