Duettistes ? Non, plutôt duellistes

  • Duettistes ? Non, plutôt duellistes
    Duettistes ? Non, plutôt duellistes
Publié le / Mis à jour le

Mathieu Bastareaud et Wesley Fofana ne fonctionnement pas toujours parfaitement en duo. Logique, ils sont avant tout des joueurs capables de remporter leurs duels. Amoureux du "unc contre un"... 

Ils sont, chacun dans leur registre, des phénomènes. Des joueurs capables de remporter tous les duels en un contre un, aussi bien en défense (particulièrement Bastareaud) qu’en attaque… Wesley Fofana figure à ce titre un des archétypes du rugbyman moderne, racé, élégant, doté d’appuis phénoménaux et surtout d’un raffût supersonique, susceptible de planter n’importe quel défenseur du monde (il suffit pour cela de se souvenir de son essai de Twickenham en 2013). Quant à Mathieu Bastareaud ? Dans son registre, on ne le présente plus. On n’est pas affublé du titre de « joueur le plus difficile à plaquer du monde » par Jonathan Sexton sans disposer deux quelques qualités physiques, celles de Bastareaud résidant dans sa puissance exceptionnelle, qui le rend strictement impossible à arrêter pour un défenseur ayant d’autre idée que celle de se jeter dans ses genoux…

Zéro transmission effectuée pendant le Tournoi

Reste que si gagner des duels est une bonne chose, encore faut-il que cela serve un dessein collectif. Et c’est dans ce registre que l’association Fofana-Bastareaud pèche, les deux hommes se montrant le plus souvent incapables de faire vivre le ballon après eux. Obsessionnels duellistes, ces derniers en oublient d’être duettistes, au point que le nombre de transmissions effectuées de l’un pour l’autre plafonne toujours à zéro depuis le début du Tournoi. Difficile, à ce titre, de faire peser de sur les défenses l’incertitude qu’avait apportée Alexandre Dumoulin lors du mois de novembre de par sa capacité à jouer dans, mais aussi devant la défense. La qualité du jeu offensif des Tricolores s’en ressentant forcément…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir