Des anti-starlettes : la solution en bas du Top 14 ?

  • Des anti-starlettes : la solution en bas du Top 14 ?
    Des anti-starlettes : la solution en bas du Top 14 ?
Publié le , mis à jour

Demain à 10 heures, Philippe Saint-André annoncera sa nouvelle liste des trente joueurs pour les matchs en Italie et en Angleterre. PSA devrait évincer les « starlettes », pour cela « le Goré » appellera, en toute vraisemblance, des joueurs un peu plus méconnus, qui jouent le maintien en Top 14.

La politique de l’homme en forme… Tel était la stratégie que PSA voulait suivre. Et pourtant, aujourd’hui tout est remis en question après la déroute du XV de France face aux Gallois. « Le rugby est un sport collectif. On n’a pas besoin de starlettes… », lançait le sélectionneur français en conférence de presse d’après-match. Dans sa quête de joueurs humbles, PSA risque de tout bousculer et d’appeler des joueurs luttant pour le maintien comme Valère Germain à Brive ou Rémy Grosso à Castres. Ce n’est néanmoins pas totalement une nouveauté. Par exemple, pour les matchs contre l’Écosse et contre l’Irlande, parmi les 23 joueurs français, 6 jouaient le maintien en Top 14 (Kockott, Tales, Lamerat, Spedding, Atonio et Goujon). Samedi, au Stade de France, on retrouvait ces mêmes joueurs hormis le n° 9 sud-africain forfait sur blessure.

Le XV de France a besoin de bons soldats

« La carrière des joueurs se fait sur les terrains, pas dans les médias ou les séances photos », reprochait PSA à certains joueurs du XV de France sans jamais les citer. Le staff des Bleus est donc à la recherche de joueurs discrets en dehors du terrain et combatif sur la pelouse. Un joueur comme Germain aurait envie de se montrer et de gagner des points en ayant un état d’esprit irréprochable sur le terrain. De plus, les joueurs critiqués par le sélectionneur appartiennent plutôt aux grandes écuries du Top 14. Parmi ces dernières, nombreux sont des étrangers non sélectionnables d’où le besoin pour Philippe Saint-André d’aller chercher des joueurs du bas du classement. Un choix qui pourrait se retourner contre PSA et son staff, mais qu’a-t-il à perdre ? Il ne leur reste plus que cinq mois, avec un seul et dernier objectif, fonder un groupe capable de bien figurer à la Coupe du monde en Angleterre. G. Co.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?