Les demis au centre de la critique

  • Les demis au centre de la critique
    Les demis au centre de la critique
Publié le , mis à jour

Outre Fourroux-Romeu ou Parra-Trinh-Duc, aucune charnière n’a réussi à s’imposer sur le long terme en équipe de France. En effet, les demis de mêlée et les demis d’ouverture sont souvent au centre des critiques en cas de défaites et sont donc souvent sur un siège éjectable.

Pourtant maintenu depuis sept matchs par Philippe Saint-André, Camille Lopez est la cible de nombreuses critiques. Étant au centre du terrain, les observateurs désignent souvent la paire 9-10 comme la cause d’une défaite. Contrairement aux pays voisins, la France préfère changer la charnière plutôt que certains joueurs qui l’entourent.

Et même quand Philippe Saint-André pense avoir trouvé sa paire au centre du terrain durant les tests de novembre 2014 en l’occurrence Tillous-Borde-Lopez, le n° 9 toulonnais se blesse à un genou avant le début du Tournoi 2015, changeant alors les plans de PSA. Le sélectionneur souhaite néanmoins garder sa confiance au n° 10 clermontois, Camille Lopez.

Pourtant, ce problème de stabilité dans la charnière française ne date pas du mandat de PSA. Durant l’histoire récente du XV de France, aucune paire n’a été maintenue d’une Coupe du monde à une autre. Dans les années 1970, le duo Fourroux (27 sélections)-Romeu- (34) ont néanmoins bien réussi à se stabiliser dans la conduite du jeu français. Sous l’ère Lièvremont, la paire Parra-Trinh-Duc avait également réussi à s’imposer en tant que titulaire à la charnière du XV de France en disputant l’intégralité du tournoi des VI Nations 2010 et quatre des cinq matchs du tournoi 2011.

15 charnières différentes sous l’ère PSA

Symbole de l’inconstance de l’association 9-10 sous le maillot bleu, l’improbable charnière de la France à la Coupe du monde 2011, Yachvili-Parra. Pourtant n° 9 de formation, Parra a rapidement été préféré à Trinh-Duc au poste d’ouvreur par Marc Lièvremont. Depuis la nomination de Philippe Saint-André à la tête de l’équipe de France, le XV du Coq a vu passer un bon nombre d’associations avec en tête de liste Machenaud-Michalak.

Dimanche prochain, face à l’Italie, la paire de demis sera encore changé, et ce, malgré PSA. En effet, Morgan Parra s’est une nouvelle fois blessé face aux pays de Galles, à Rome le demi de mêlée titulaire sera donc soit Tillous-Borde soit Kockott. Pour le poste de n° 10, Camille Lopez est en balance avec le castrais Rémi Tales et Jules Plisson, en grande forme sous le maillot du Stade français. Ce qui est sûr c’est que la charnière sera une nouvelle fois disséquée, elle sera probablement tenue pour coupable en cas de contre-performance dimanche. G. Co.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?